Georges-Louis Bouchez réagit au projet d'interdiction de la publicité pour les jeux de hasard: "Cette vision puritaine n'a pas de sens"

M. Bouchez est "totalement opposé" à l'interdiction de la publicité pour les jeux de hasard.

Georges-Louis Bouchez réagit au projet d'interdiction de la publicité pour les jeux de hasard: "Cette vision puritaine n'a pas de sens"
©BELGA

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio
Belga

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, s'est dit lundi matin "totalement opposé" au projet d'interdiction de la publicité pour les jeux de hasard annoncé par le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open Vld). "Cette mesure est excessive et va entraîner de grandes difficultés financières pour le secteur sportif entre autres. Voulons-nous réellement la mort du foot dans ce Pays?", a-t-il affirmé sur Twitter.

Selon M. Bouchez, la proposition du ministre de la Justice "est une très mauvaise réponse à un véritable enjeu pour lequel des dispositions existent déjà et qui peuvent être améliorées".

"Le MR veut plus de nuance", a-t-il ajouté, en préconisant de se concentrer à accompagner les personnes qui souffrent d'addiction et qui sont extrêmement minoritaires.

"Tuer un secteur légal va conduire ces personnes à fréquenter des plate-formes du dark web sans aucune régulation. Cette vision puritaine n'a pas de sens", a encore dit le président des libéraux francophones.

M. Van Quickenborne, qui est également vice-Premier ministre, a annoncé lundi sa volonté de s'attaquer à la dépendance aux jeux d'argent "comme le prévoit l'accord de gouvernement".

Il a précisé, dans un communiqué, avoir élaboré une proposition visant à limiter fortement la publicité pour les jeux de hasard et à en interdire la plupart des formes.

Sont visés notamment les spots publicitaires à la télévision et à la radio, les annonces et les publicités vidéo sur les sites internet et les plateformes de médias sociaux, les publicités dans les magazines et les journaux, les affiches dans les lieux publics et les publicités personnalisées envoyées par e-mail, courrier, SMS ou publiées sur les médias sociaux.

"Le principe de base est que seules les personnes qui veulent jouer et recherchent activement des informations sur les jeux d'argent seront confrontées à la publicité pour ces jeux à l'avenir", a expliqué le ministre.