De Croo défend l'interdiction de la publicité sur les jeux d'argent, Dedecker l'accuse de céder au chantage de la Loterie nationale

Le Premier ministre Alexander De Croo a vigoureusement défendu jeudi à la Chambre l'interdiction de la publicité sur les jeux d'argent.

Rédaction avec Belga
De Croo défend l'interdiction de la publicité sur les jeux d'argent, Dedecker l'accuse de céder au chantage de la Loterie nationale
©BELGA

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Il a rejeté l'argument selon lequel une telle interdiction sonnerait le glas du football. "Si certains de nos sports sont dépendants de ce type de financement, alors je pense qu'il y a un autre problème", a-t-il lancé en séance plénière. Lundi, le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open Vld), a écrit un arrêté royal qui introduit une interdiction de la publicité sur les jeux d'argent. Le partenaire de la coalition MR s'est fermement opposé à cette interdiction.

Puisqu'il s'agit d'un arrêté royal, aucun accord n'est légalement requis au sein du Conseil des ministres. Le Premier ministre a toutefois jugé essentiel, s'il y a des questions, que tout le monde soit entendu. Par ailleurs, le texte est actuellement au Conseil d'État ainsi qu'à la Commission européenne, qui devrait répondre dans les trois mois.

Chantage de la Loterie nationale?

Dans le cadre des Questions au gouvernement , le député Jean-Marie Dedecker accuse le Premier ministre d'avoir cédé à un chantage: "La Loterie nationale a promis une rente de 30 millions d'euros supplémentaires au fédéral à condition de réduire la publicité des paris en ligne de ses concurrents privés. Ce sont des méthodes de communistes qui ne font que défendre les entreprises d'Etat! Merci au MR ne se surtout jamais voter cette interdiction."

Une grave accusation à laquelle n’a pas répondu le Premier en séance.

Pourtant, il semble bien qu’il y ait eu une sorte de deal. Dans le budget pluriannuel 2022-2024 de la Loterie, il apparaît que la rente de monopole dont l’organisme est redevable à l’état a été augmentée de 10 millions chaque année (donc 30 millions au total). En 2021, un article de L’Écho avait établi le lien entre cette augmentation et l’espoir nourri par la Loterie d’obtenir en échange une protection supplémentaire pour ses activités de monopole. Une source de la Loterie, citée par le quotidien économique, pointait plusieurs dossiers à faire avancer. Entre autres, la question de la publicité pour les jeux en ligne à réguler, selon les vues de la Loterie, en fonction du degré de risque.

L’État fédéral a-t-il obtenu des moyens supplémentaires contre la promesse d’une lutte plus active contre les compétiteurs privés qui concurrencent la Loterie ? Un nouveau dossier explosif pour fédéral...

Sur le même sujet