Wouter Beke démissionne de son poste de ministre flamand de la Santé : "Les politiciens ne sont que des humains"

Le ministre flamand de la Santé et du Bien-être, Wouter Beke (CD&V) a donné sa démission, a indiqué jeudi soir son parti.

La Rédaction (avec Belga)
Wouter Beke démissionne de son poste de ministre flamand de la Santé : "Les politiciens ne sont que des humains"
©BELGA

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

L'homme politique a donné une conférence de presse où il a expliqué son choix. "Aujourd'hui est mon dernier jour en tant que ministre de la Santé et du Bien-être", a-t-il commencé. "Je suis fier de ce que j'ai pu réaliser avec mon équipe. Certaines de nos actions ont à peine fait la une des journaux, mais elles ont fait la différence pour beaucoup de gens."

Au-delà des nombreuses critiques dont il faisait l'objet, Wouter Beke a voulu justifier sa démission par un fait qui l'a beaucoup marqué. "La mort d'un bébé à Mariakerke m'a affecté plus que je ne voulais l'admettre au monde extérieur", a-t-il avoué. "Seuls ma famille, quelques membres du personnel et quelques amis ont pu constater à quel point cela m'a pesé. Je ne vais pas en dire plus à ce sujet pour le moment. Une enquête judiciaire, parlementaire et un audit sont en cours."

Il a ensuite envoyé un tacle appuyé vers la sphère médiatique. "Beaucoup de choses ont été écrites à ce sujet. Des choses qui m'ont vraiment touché. Chers journalistes, les politiciens ne sont que des humains aussi. Être attaqué de manière inhumaine sur les médias sociaux fait apparemment "partie du travail". Mais je pensais que les médias traditionnels avaient aussi une fonction d'entonnoir. S'ils ne remplissent pas cette fonction, ils ne doivent pas être effrayés par la polarisation de la société."

La semaine dernière, un sondage avait prédit l'effondrement historique du CD&V. Ce qui avait provoqué la démission du président Joachim Coens. Là aussi, ce sondage a fait beaucoup de tort à son parti. "En tant que militant, vous devez servir votre parti. Si vous avez l'impression que des décisions importantes et positives ne sont pas prises, cela vous incite à réfléchir et à agir. C'est ce que je fais aujourd'hui. Un groupe croissant d'électeurs se place au centre. Selon elles, nous ne nous trouvons plus assez dans ce centre. Si cette décision peut contribuer à embrasser cet électorat, alors je la prends avec beaucoup de conviction."

Depuis un certain temps, Wouter Beke était critiqué pour son approche pendant la crise du Covid. On lui reproche notamment ses erreurs dans les maisons de repos ainsi qu'à propos des cas contact. Des reproches qui sont remontés jusqu'à son propre parti. Ce jeudi matin, Liesbeth Van der Auwera, l'une de ses collègues de travail au CD&V, avait notamment déclaré qu'il "n'a pas le talent pour traiter les gens avec empathie. Il aurait été très différent dans une autre fonction."

Il a aussi précisé qu’il soutenait Sammy Mahdi comme candidat à la présidence du parti.