Otan : la Belgique doit augmenter ses dépenses pour la défense si elle veut être "crédible"

Le Premier ministre a récemment proposé de revoir l'effort budgétaire pour la Défense à la hausse, à 2% du PIB pour 2035.

Otan : la Belgique doit augmenter ses dépenses pour la défense si elle veut être "crédible"
©Shutterstock

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Si la Belgique souhaite se montrer "solidaire et crédible", en tant que pays accueillant le siège de l'Otan, le gouvernement doit se présenter fin juin au sommet de l'alliance avec la promesse d'augmenter ses dépenses de Défense à 2% du PIB, a estimé dimanche le Chef de la Défense Michel Hofman, sur le plateau de "De Zevende Dag" (Eén, VRT). L'amiral a ainsi répété le message déjà passé samedi par les pages de La Libre, quotidien auquel il avait accordé un entretien. Le Premier ministre Alexander De Croo, interrogé au JT du groupe privé VTM dimanche, est en faveur d'un tel engagement, mais estime qu'il faut d'abord établir sous quelles conditions une augmentation de budget se ferait. Le libéral vise un retour économique plus élevé des investissements, et davantage d'attention portée aux problématiques cyber et de terrorisme.

Le Premier ministre a récemment proposé de revoir l'effort budgétaire pour la Défense à la hausse, à 2% du PIB pour 2035. Ces 2% correspondent à ce que demande l'Otan de la part de ses membres. La commission de la Défense de la Chambre a décidé de se prononcer à ce sujet (la trajectoire budgétaire de la Défense) avant le sommet de l'Otan prévu fin juin à Madrid.

"De plus en plus de partis soutiennent l'augmentation à 2%", affirme Alexander De Croo dimanche à VTM. "Ceux qui veulent bénéficier des avantages de l'Otan doivent aussi contribuer", répète-t-il.

Présent aussi dimanche sur le plateau de la chaîne francophone RTL-TVi (dans le cadre de l'émission "C'est pas tous les jours dimanche"), l'amiral Michel Hofman y a estimé qu'une augmentation des budgets Défense "est indispensable dans la situation géopolitique actuelle en Europe". Il fait cependant déjà état d'une amélioration: "avec la vision stratégique du gouvernement précédent et le plan 'STAR' du gouvernement actuel, nous progressons (vers un budget à 1,54% du PIB en 2030, NDLR). Nous ne rattrapons pas encore" la plupart des autres pays de l'Otan, "mais nous avons engagé une amélioration", constate-t-il.