Koen Geens presse le gouvernement d'adopter un statut social pour les travailleurs du sexe

Le député fédéral et ancien ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) presse le gouvernement fédéral d'élaborer rapidement un statut social pour les travailleurs du sexe.

Koen Geens presse le gouvernement d'adopter un statut social pour les travailleurs du sexe
©BELGA

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Prochainement, ce type de services sera progressivement décriminalisé et il importe que leurs prestataires puissent bénéficier d'un vrai statut pour éviter qu'"ils ne disparaissent dans des réseaux clandestins", selon M. Geens.

Il y a quelques mois, la Chambre a approuvé sous l'impulsion du ministre actuel de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD) la réforme du droit pénal sexuel. L'une de ses nouveautés est la décriminalisation du travail du sexe.

Jusqu'à présent, celui-ci était toléré, mais sans cadre légal. La décriminalisation doit justement amener à une reconnaissance et une meilleure protection de ces travailleurs du sexe.

Mais pour l'ancien ministre Geens, sans statut social propre, ceux-ci risquent d'être en proie des réseaux criminels, a-t-il fait valoir lundi lors d'une audition à la Chambre. "Face aux craintes d'exploitation, l'élaboration d'un statut est une des réponses appropriées", a-t-il prôné.

Son successeur Vincent Van Quickenborne a répondu qu'une concertation était programmée sous quinzaine entre les cabinets ministériels compétents. Il a aussi dit être en contact étroit à ce sujet avec l'association UTSOPI, qui représente les travailleurs du sexe indépendants.