Dedonder fait remplacer les routers informatiques Huawei installés à la Défense

La ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS) a donné ordre de remplacer quelque 300 routers informatiques du fabricant chinois Huawei utilisés par les services de l'armée, a-t-elle indiqué mercredi lors d'un débat en commission Défense de la Chambre.

Dedonder fait remplacer les routers informatiques Huawei installés à la Défense
©AFP

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

"La Défense a acheté entre 2016 et 2019 quelque 610 routers mobiles de la marque Huawei", a précisé la ministre mercredi. "Trois cents d'entre eux sont encore en utilisation."

Selon Mme Dedonder, ces équipements n'ont pour seule mission que de créer des points de connexion mobiles et n'ont pas accès à des informations sensibles.

Malgré cela, la ministre a demandé que ces composants Huawei soient retirés. "J'ai donné instruction au chef de la Défense de remplacer ce matériel le plus vite possible."

Le matériel du fabricant Huawei est soupçonné depuis des années d'être détourné à des fins d'espionnage au profit du régime chinois. Plusieurs États occidentaux ont déjà pris des mesures pour ne plus utiliser du matériel de la marque lors du traitement de données sensibles.

Huawei regrette la décision

Dans un communiqué, Huawei a exprimé son incompréhension devant cette décision. "Nous regrettons cette décision vu qu'aucun de nos produits n'a jamais provoqué de grande perturbation de réseau, y compris au sein de la Défense", a déclaré la société. "La cybersécurité et la protection de la vie privée sont des priorités de Huawei. Au cours des trois décennies écoulées, Huawei a fourni les meilleurs services dans 170 pays et régions, dont la Belgique, en matière de sécurisation électronique dans le secteur. Nous n'avons jamais participé à une atteinte sérieuse à la cybersécurité où que ce soit dans le monde, y compris durant nos 20 ans de présence en Europe. Nous avons obtenu de plus de 350 certificats de sécurité internationaux pour nos différents produits", a-t-elle défendu.