Paul Magnette tacle Charles Michel: "A part le 'sofagate', qu'est-ce qu'il a fait depuis qu'il est là?"

Le président du PS Paul Magnette était présent ce dimanche sur le plateau de l'Invité de RTL-TVi. Il n'a pas mâché ses mots à l'encontre de Charles Michel, de Georges-Louis Bouchez et... d'Engie.

La rédaction (avec Belga)
Paul Magnette tacle Charles Michel: "A part le 'sofagate', qu'est-ce qu'il a fait depuis qu'il est là?"
©Montage JC GUillaume et AFP

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

"Il faut qu'Engie arrête de jouer avec les pieds du gouvernement. La négociation, ça va bien un temps mais quand une multinationale se fiche d'un gouvernement, c'est fini", a déclaré le président du PS. "Quand j'étais ministre de l'Energie, j'avais un plan très simple qui n'a jamais pu être mis en œuvre parce qu'à l'époque, Alexander De Croo a retiré la prise du gouvernement fédéral mais ce plan est toujours là: on oblige Engie à produire, à un prix fixe, une certaine quantité d'électricité nucléaire; le gouvernement achète cette électricité à un prix déterminé par le régulateur et la revend ensuite aux particuliers et aux entreprises à un prix plus bas que le prix actuel", a-t-il expliqué.

La semaine passée, le président de la N-VA, Bart De Wever, avait accusé la ministre de l'Énergie Tinne Van der Straeten (Groen) de vouloir faire échouer la négociation avec Engie sur les conditions de la prolongation des réacteurs nucléaires de Doel 4 et Tihange 3. "Tinne Van der Straeten négocie pour échouer", avait-il affirmé sur le plateau de VTM, à propos des pourparlers menés depuis le début du printemps par la ministre Groen et le Premier ministre Alexander De Croo avec Engie, l'énergéticien français qui exploite les centrales via Electrabel. L'accusation avait été réfutée par les écologistes.

Des tacles adressés à Charles Michel et Georges-Louis Bouchez

Le président du PS a également tenu des propos forts à l'encontre de Charles Michel, président du Conseil européen dont il remet le travail en question. Le socialiste a en effet déclaré à son égard: "A part le 'sofagate', qu'est ce qu'il a fait depuis qu'il est là?"

Il n'a pas été tendre non plus avec le président du MR Georges-Louis Bouchez, qui avait comparé cette semaine l'administration fiscale à la Stasi, service de renseignement et de police politique de la RDA.. "C'est hallucinant", a réagi Paul Magnette dimanche. "Ce n'est pas pour le contribuable lambda. Il faut pouvoir donner aux inspecteurs qui doivent pouvoir faire leur métier un accès à toutes les données pour aller lutter contre la grande fraude fiscale." Et Magnette d'ajouter: "Depuis toujours, le MR protège la fraude fiscale [...] Vous verrez qu'il [Georges-Louis Bouchez, NDLR] attaque tous les moyens qui sont pris pour lutter contre la fraude fiscale. C'est ça le cœur du problème."