Un festival de claquettes, une bijouterie, un jeu vidéo en 2D... "Le fonds pour le rayonnement de la Wallonie est du saupoudrage", selon Les Engagés

Les Engagés (ex CDH) dans l’opposition en Wallonie montent au créneau.

Un festival de claquettes, une bijouterie, un jeu vidéo en 2D... "Le fonds pour le rayonnement de la Wallonie est du saupoudrage", selon Les Engagés
©Shutterstock

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Un fonds de rayonnement de la Wallonie mis en place pour aider “l’industrie culturelle” à rebondir après le covid a été mis en place. La dotation a fondu comme neige au soleil en fonction des besoins financiers que la Wallonie devait trouver pour boucler son budget. Cela n’a pas empêché le gouvernement wallon de lancer deux appels à projet via Start’invest, un outil public mis en place par la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles pour soutenir l’industrie culturelle et créative.

Les Engagés (ex CDH) dans l’opposition en Wallonie montent au créneau. “Pourquoi faire de la culture via ce fonds alors que la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles le font déjà de manière structurelle ? Ici c’est du pur saupoudrage”, explique le chef de groupe François Desquesnes.

Le chef de groupe Les Engagés ne veut pas mettre en cause la compétence ou le bien-fondé des projets soutenus. Néanmoins, il se demande si ceux qui ont été choisis, répondent aux critères visant à faire “rayonner la Wallonie”. On citera le 1er festival international de claquettes contemporaines de Liège, des spectacles vivants et éclectiques au Café du Temps Perdu autour du chanteur Salvatore Adamo, un atelier-boutique située en Brabant Wallon et proposant une nouvelle approche de la bijouterie ou encore le développement d’un jeu d’horreur 2D où il faut utiliser un pistolet spécial pour se frayer un chemin à travers d’une zone forestière remplie de végétation et de monstres.

Par contre d’autres projets sont plus en phase avec l’objet initial comme le soutien à une application de chasse aux trésors, qui participe à la mise valeur des territoires cyclables de Wallonie. “Le gouvernement met en avant qu’il a beaucoup de candidats pour ce fonds, c’est normal c’est comme un mister cash”, conclut Desquesnes.