Le conseil des ministres donne son feu vert à la libération anticipée de six mois

Certaines catégories de détenus seront libérables sous condition six mois avant le terme prévu de la peine, selon un projet de loi du ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, approuvé vendredi en gouvernement.

Le conseil des ministres donne son feu vert à la libération anticipée de six mois
©BELGA

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Cette mesure avait déjà été prise pendant la crise du coronavirus afin de maintenir la propagation du virus sous contrôle. Le ministre Van Quickenborne (Open Vld) la réutilise maintenant pour réduire la surpopulation carcérale, qui s'est accrue ces derniers temps en raison de la mise à exécution des peines qui avaient été reportées pendant le covid et de l'afflux de détenus dans le dossier SKY-ECC.

Les criminels les plus dangereux, tels que terroristes et délinquants sexuels, par exemple, sont exclus du projet.

Cette mesure avait été exécutée en 2020 et 2021 sans problèmes notables, a fait valoir le ministre. Elle vaudra jusque septembre 2023 et pourra être prolongée au maximum jusque fin 2024. Le texte doit encore être approuvé par le Parlement, où la N-VA et le Vlaams Belang s'y opposent.