Les agents du Parlement wallon dénoncent les méthodes de travail "toxiques" du greffier

L'Avenir publie ce vendredi les témoignages de certains agents du greffe, qui dénoncent la police de ressources humaines menée par le greffier, Frédéric Janssens.

Les agents du Parlement wallon dénoncent les méthodes de travail "toxiques" du greffier
©BELGA

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Ambiance... Les fonctionnaires rattachés au greffe du Parlement wallon dénoncent auprès de nos confrères de l'Avenir les méthodes de travail et le comportement de leur supérieur, le greffier et secrétaire général du Parlement wallon, Frédéric Janssens.

L'homme est accusé d'instaurer une politique de gestion du personnel "d'un autre siècle". Plusieurs fonctionnaires reprochent un "management toxique", "une ambiance de suspicion", "une dynamique de sanction et de représailles".

Frédéric Janssens est entré en poste en 2009, à la sortie du "California gate", qui avait ébranlé le Parlement wallon. Le greffier décide alors de changer le fonctionnement de travail de l'institution, qui était jusque là encore peu performante. En quelques années, le Parlement se met alors à tourner à un rythme de travail soutenu, celui du XIXe siècle, mais les conditions de travail en pâtissent, selon les témoignages recueillis : "Il fait peur. Une seconde, il est normal. La seconde suivante, il hurle ".

De son côté, Frédéric Janssens rétorque qu'il s'agit de "rumeurs à bas bruit".