Asile et migration: les résultats de l'audit des services attendus dans les prochaines semaines

Les résultats de l'audit des services d'asile et de migration sont attendus dans les prochaines semaines, a indiqué vendredi la secrétaire d'État à l'Asile et la migration Nicole de Moor (CD&V) au micro de Bel RTL.

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

"'J'ai ma propre personnalité et ma propre vision. Je ne suis ni Sammy Mahdi, ni Maggie De Block, ni Theo Francken (ses prédécesseurs, NDLR). Mon but est d'organiser une réforme de la politique d'asile et on a vraiment besoin d'une réforme du département." Pour Mme De Moor, cette réforme impliquera des investissements nécessaires "si on veut des procédures plus rapides".

L'audit des services d'asile et de migration a commencé fin octobre. Le marché a été attribué à Capgemini Belgium. La société de consultance doit analyser les quatre services qui travaillent dans le cadre de la politique d'asile et de migration: le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA), l'Office des étrangers, Fedasil et le Conseil du contentieux des étrangers. La première partie se concentrera sur l'approche en chaîne, la politique du personnel et la numérisation des services, tandis que le deuxième volet concernera l'organisation interne, la communication et l'échange de données avec le citoyen/migrant et l'optimisation des procédures de séjour.

Interrogée à ce sujet, Nicole de Moor a réfuté tout pénurie de places organisée par l'État. "On ne fait pas exprès. Ces derniers mois, Fedasil a créé beaucoup de places, entre 3.000 et 4.000. Mais aujourd'hui, on voit qu'il y a beaucoup de crise dans le monde: la guerre en Ukraine, la situation en Afghanistan, toujours pas de paix en Syrie. Mais il y a beaucoup de gens qui ont déjà demandé l'asile dans un autre pays européen. Et là, nous avons un problème sur lequel nous devons agir."

Nicole de Moor a aussi confirmé son intention de relancer des campagnes d'information dans les pays d'origine, "mais on va utiliser un autre style". "On n'est pas contre la migration - pour faire des études ou travailler -, mais c'est important d'informer sur les risques de le faire de manière irrégulière."