Sophie Wilmès quitte définitivement le gouvernement fédéral

Sophie Wilmès quitte définitivement le gouvernement fédéral
©Marie Russilo

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Il y a près de trois mois, Sophie Wilmès (MR) avait annoncé par communiqué de presse qu'elle mettait ses fonctions de ministre des Affaires étrangères entre parenthèses. Son mari, Christopher Stone, un Australien originaire de Tasmanie, est en effet gravement malade (un cancer agressif du cerveau).

Confrontée à cette nouvelle tragique, l'ancienne Première ministre souhaitait pouvoir se consacrer à sa famille. "Je souhaite être présente auprès de lui comme il l'a toujours été pour nous et mener ce combat avec lui et nos enfants. C'est pourquoi, en parfaite concertation avec le Premier ministre et mon parti, j'ai pris la décision de me mettre immédiatement en congé de mes fonctions ministérielles actuelles, sans indemnité", avait-elle expliqué.

Ses compétences "Affaires étrangères" et "Affaires européennes" ont alors été transférées entre les mains du Premier ministre, tandis que ses fonctions de vice-Première ministre MR au sein de la Vivaldi ont été assumées par David Clarinval (par ailleurs ministre des PME et des Indépendants).

Enfin, Mathieu Michel (MR), secrétaire d’État à la Digitalisation, a repris durant son absence les dossiers relatifs aux institutions culturelles fédérales.

Sa décision est prise

En fonction de l’évolution de la situation médicale de celui qui partage sa vie, Sophie Wilmès annonçait également qu'elle réexaminerait sa situation au sein de l’exécutif dans le courant de l’été.

Ce jeudi 14 juillet, sa décision est tombée : elle quitte le gouvernement De Croo définitivement et redevient députée fédérale. Précision : elle ne quitte pas complètement la vie politique. Il n'est donc pas impossible que Sophie Wilmès, par exemple, se présente aux élections de 2024. La question ne se pose pas encore, toutefois.

Après en avoir informé le Premier ministre ce jeudi, Sophie Wilmès a présenté sa démission au roi Philippe, qui l’a acceptée.

"Un combat difficile"

"La maladie de mon mari sera un combat difficile que je veux mener à ses côtés et aux côtés de nos enfants, a expliqué la libérale dans un communiqué. Mes fonctions actuelles au sein du gouvernement ne me le permettraient pas. C'est avec émotion que je pense toujours à celles et ceux qui se battent également contre la maladie. Je remercie du fond du cœur les très nombreuses personnes, de tous horizons, qui nous ont témoigné et nous témoignent encore leur soutien au quotidien. Je remercie aussi le Premier ministre et mes collègues fédéraux qui ont assuré la continuité du travail en mon absence. À eux, à la personne qui prendra le relais ainsi qu'à l'ensemble du gouvernement, je souhaite succès et persévérance pour faire aboutir les projets et les réformes dont notre pays a tant besoin."

Le nom de son remplaçant ou de sa remplaçante au sein de l'exécutif n'est pas encore connu.

Alexia Bertrand aux Affaires étrangères ?

Plusieurs personnalités MR sont citées pour lui succéder. Entre autres, le nom d'Alexia Bertrand revient fréquemment. L'actuelle cheffe de groupe MR au parlement bruxellois a été, par le passé, la cheffe de cabinet de Didier Reynders lorsqu'il était à la tête de la diplomatie belge.

Valérie Glatigny, la ministre de l'Enseignement supérieur, était également citée mais, selon nos informations, il s'agit d'une fausse piste. Confrontée à cette rumeur, Valérie Glatigny avait d'ailleurs fait savoir au sein du MR qu'elle n'envisageait pas de succéder à Sophie Wilmès aux Affaires étrangères.

David Clarinval devrait, par contre, conserver les fonctions de vice-Premier ministre MR au sein de l'exécutif fédéral.

La réaction de De Croo : "Un choix courageux"

Le Premier ministre tient à remercier chaleureusement Sophie Wilmès "pour son engagement auprès des Belges et le dévouement à notre pays qu'elle a démontré ces dernières années".

"Le choix que pose aujourd'hui Sophie Wilmès est un choix courageux. C'est un choix à la hauteur de la personne qu'elle est, sincère. C'est un choix qui nous fait tous réfléchir au sens de la vie et qui nous rappelle ses priorités. Je salue, plus personnellement, une compagne de route. Sophie est quelqu'un sur qui vous pouvez toujours compter, quelqu'un qui ne se cache jamais au moment de prendre ses responsabilités. Notre gouvernement perd une grande dame, mais je veux surtout dire à Sophie que nous sommes tous, à ce moment, à ses côtés dans le combat qu'elle mène avec Christopher."

Sur le même sujet