Nollet veut autoriser les sans-papiers à exercer des métiers en pénurie, vives réactions des libéraux

Le co-président d'Écolo, Jean-Marc Nollet, appelle le gouvernement fédéral, dans les colonnes du journal l'Avenir de lundi, à autoriser les sans-papiers à obtenir, légalement, des emplois vacants.

Belga
Nollet veut autoriser les sans-papiers à exercer des métiers en pénurie, vives réactions des libéraux
©BelPress

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

L'écologiste rappelle que plusieurs secteurs économiques tels que l'horeca et la construction sont confrontés à une pénurie de main d'œuvre. M. Nollet souligne dans une interview que "plus de 200.000 emplois" restent vacants alors "qu'il y a plein de main-d'œuvre disponible et qui ne demande qu'une chose: sortir de l'économie souterraine".

"Je propose que les sans-papiers qui vivent en Belgique puissent obtenir ce qui est déjà prévu pour les réfugiés ukrainiens", souligne-t-il. "Je voudrais qu'ils puissent déposer leur candidature, obtenir certains de ces emplois vacants et, à terme, aussi être régularisés, puisqu'ils sont souvent en Belgique depuis de nombreuses années. Il faut savoir que si l'on n'utilise pas ce genre de solutions, on aura une difficulté pour financer nos pensions à terme."

Questionné sur la faisabilité d'une telle proposition, le co-président d'Écolo explique que l'accord de gouvernement prévoit une adaptation de la nouvelle réglementation en termes de permis de séjour "unique" afin de répondre aux besoins du marché du travail. "Les écologistes vont apporter cette solution et la mettre sur la table, notamment dans le cadre de la discussion sur la réforme du code de la migration", précise-t-il.

Selon M. Nollet, entre 70.000 et 150.000 sans-papiers "vivent depuis longtemps" en Belgique et "la moitié" pourrait être concernée par cette proposition.

La proposition a été rapidement rejetée par l'Open Vld. Le président, Egbert Lachaert, y a vu une façon d'encourager l'immigration illégale. "Migrer illégalement, récompenser cela en donnant des droits de séjour et de travail, c'est une mauvaise idée. De cette manière, on récompense l'immigration illégale. Les trafiquants d'êtres humains doivent se frotter les mains. Ils peuvent attirer des gens ici en leur offrant la perspective que leur séjour illégal finira par être récompensé. C'est ainsi que l'on créera un appel d'air et que le système de l'asile sera submergé", a déclaré le libéral.

L'Open Vld se dit en revanche preneur d'un débat sur la migration légale comme moyen de résoudre les pénuries de main d'oeuvre constatées dans certains secteurs. "Ce qui vaut un débat, c'est la migration légale pour les gens qui souhaitent venir travailler ici pour satisfaire une offre d'emploi qui n'est pas remplie et veulent bien apprendre notre langue", a-t-il ajouté.

L'accueil était froid également au MR. Le président des libéraux francophones, Georges-Louis Bouchez, a renvoyé quant à lui au problème du chômage structurel en Belgique. "Je suis certain que même les demandeurs d'emploi wallons, bruxellois et flamands pourraient y prétendre et même y être un peu plus contraints, au risque de sanctions. Le travail des sans papiers détourne l'attention du chômage de carrière que l'on trouve normal", a-t-il dit lundi sur Twitter.

Sur le même sujet