"Il n’y a pas de rupture de confiance entre la Belgique et l’Ukraine"

Le voyage effectué en Crimée avec un visa russe par la ministre des Affaires étrangères, Hadja Lahbib, lorsqu'elle était encore journaliste, n'a pas affecté la relation entre la Belgique et l'Ukraine, a affirmé dimanche sur VTM Nieuws le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open Vld), qui assure les fonctions de Premier ministre en l'absence d'Alexander De Croo.

T.G.
"Il n’y a pas de rupture de confiance entre la Belgique et l’Ukraine"
©Photo News

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

La polémique autour du voyage en Crimée avec un visa russe de la nouvelle ministre des Affaires Étrangères Hadja Lahbib (MR) - alors qu'elle était encore journaliste pour la RTBF - tient-elle davantage de la controverse que de l'incident diplomatique ? C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre le vice-Premier ministre Vincent Van Quickenborne (Open VLD) ce dimanche. Interrogé sur le plateau de la VRT, M. Van Quickenborne, qui porte (notamment) la casquette de Premier ministre en cette période de vacances, a assuré qu'il n'y avait pas de problème entre la Belgique et l'Ukraine. Il en veut pour preuve un échange de courriers entre Hadja Lahbib et le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kuleba.

La nouvelle cheffe de la diplomatie belge avait adressé une lettre à son homologue ukrainien dans laquelle elle exprimait "l'indéfectible solidarité" de la Belgique envers l'Ukraine et affirmait notamment que la Crimée était occupée de manière illégale par les Russes. La réponse de Dmytro Kuleba serait parvenue vendredi. "Cet échange a démontré que la Belgique et l'Ukraine sont sur la même longueur d'onde", a déclaré M. Van Quickenborne à la VRT. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères "ne doute pas une seule seconde du fait que notre pays et la ministre des Affaires étrangères défendent l'intégrité territoriale de l'Ukraine", a-t-il poursuivi. "Je peux donc dire qu'il n'y a aucun problème entre nos deux pays."

Un "bashing", selon Bouchez

Si la volonté affichée au niveau international est à l'apaisement, il en va autrement sur la scène politique belge. D'abord silencieux sur la polémique, le président du MR, Georges-Louis Bouchez, à la base de la nomination de Hadja Lhabib, est sorti de sa (courte) réserve. Sur le réseau social Twitter, il dénonçait un "bashing absurde". Il s'en est également pris aux anciens ministres des Affaires étrangères Karel De Gucht et Willy Claes, qui estimaient, quelques jours plus tôt dans Het Nieuwsblad, que le voyage de la nouvelle ministre et la polémique qui l'entoure nuisaient à l'image de la Belgique.

Pour son premier déplacement en tant que ministre des Affaires étrangères, Hadja Lahbib devait se rendre à New York, dès ce dimanche et jusqu’à mardi, pour une visite de travail principalement consacrée à la Conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) au siège des Nations unies.