Invité par la N-VA, le ministre Dermagne s'est rendu à Anvers ce jeudi

Alors que la N-VA rue dans les brancards fédéraux ces derniers jours au sujet des attaques et incidents violents qui se multiplient à Anvers, le ministre fédéral Pierre-Yves Dermagne était en visite jeudi dans la ville portuaire.

Invité par la N-VA, le ministre Dermagne s'est rendu à Anvers ce jeudi
©BELGA

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

A l'occasion de la rentrée politique, le ministre socialiste y était invité par le député N-VA anversois Michael Freilich, siégeant dans l'opposition fédérale. Une rencontre avec les autorités locales, et donc avec le bourgmestre et président de la N-VA Bart De Wever, était entre autres au programme. L'avant-projet de loi sur l'action administrative communale face au crime organisé et aux trafics en tout genre, que la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden exposait aux bourgmestres des grandes villes jeudi après-midi, n'était pas officiellement au programme des discussions. Le sujet devrait intéresser Bart De Wever au premier chef, qui avait demandé en début de semaine une concertation au niveau fédéral autour de la lutte contre le trafic de drogues dans sa ville.

Il s'agissait d'une première visite de travail à Anvers pour le ministre Dermagne, avec escale au quartier des diamantaires (et explications du CEO de l'Antwerp World Diamond Center, Ari Epstein) et au port, ainsi que des rencontres avec les forces économiques de la métropole anversoise.

L'échevine N-VA en charge du port, Annick De Ridder, n'a pas manqué de souligner le poids du "Port of Antwerp-Bruges": "74.000 emplois directs et 90.000 indirects, et une valeur ajoutée de près de 21 milliards d'euros soit 4,5% du PIB national". Le port a l'ambition de devenir au niveau européen "le" hub d'importation d'hydrogène vert, a-t-elle rappelé. Il a cependant des difficultés à trouver de la main-d'œuvre pour ses nombreuses offres d'emploi, a-t-elle ajouté.