La Flandre ira au Comité de concertation sur les prix de l'énergie "par politesse": "Des spectacles sans fin"

La ministre flamande de l'Énergie, Zuhal Demir, a douché les espoirs à la veille du Comité de concertation sur les prix de l’énergie: "Refuser la consultation serait impoli, mais à quoi est-ce que cela va mener ?", a-t-elle déclaré en marge d'une conférence de presse à Koersel, dans le Limbourg. Selon elle, la Flandre n'a pas besoin d'un Codeco pour prendre des décisions.

La Rédaction (avec Belga)
La Flandre ira au Comité de concertation sur les prix de l'énergie "par politesse": "Des spectacles sans fin"
©Photo News

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Mercredi, le Comité de concertation se réunira pour discuter de la crise énergétique et des mesures possibles pour contrer la hausse des prix de l'énergie. A l'approche de celui-ci, les attentes sont cependant déjà tempérées. "S'il existait une solution magique, nous l'aurions décidée depuis longtemps", a déclaré une source gouvernementale.

Mais aujourd'hui, la ministre flamande Zuhal Demir semble revoir complètement à la baisse les attentes déjà limitées. Selon elle, chaque gouvernement est parfaitement capable de prendre des mesures dans le cadre de ses compétences. "Il serait très étrange que nous ne prenions des mesures qu'aujourd'hui. Depuis le début de l'année, nous prenons décision sur décision", déclare Zuhal Demir. A 24 heures du Comité, la Flandre a ainsi accordé un milliard d’euros de soutien pour les familles qui voudront réaliser des rénovations dans leur maison et ainsi réaliser des économies sur leurs factures.

>> A lire également : Thomas Dermine dévoile les mesures proposées par le PS pour soulager les factures d'énergie

"Chaque gouvernement doit se faire sa propre idée et faire ce qui est nécessaire au lieu de palabrer et d'organiser des spectacles sans fin", a-t-elle déclaré sèchement. "La Flandre le fait. Cela bloque à deux autres niveaux", ajoute la ministre de la N-VA.

Elle pointe du doigt les niveaux fédéral et européen. Par exemple, le fédéral devrait décider de "prolonger d'au moins 20 ans le plus grand nombre possible de centrales nucléaires". Et l'Europe aussi fait des erreurs, explique-t-elle. Selon Mme Demir, l'Europe devrait intervenir sur le prix du CO2. "Le prix européen du CO2 est actuellement très élevé, mais l'Europe a toutes les clés en main pour faire baisser ce prix de manière drastique en libérant des droits d'émission supplémentaires", dit-elle.

Selon Mme Demir, la Flandre surveille la situation et si des mesures flamandes supplémentaires sont nécessaires, "nous le ferons au sein du gouvernement, pas dans un Comité de concertation", conclut-elle.