L'UE se penche sur l'octroi de visas aux Russes, la Belgique ne veut pas d'isolement total

Les ministres européens des Affaires étrangères sont réunis à Prague ce mercredi, avec entre autres au menu la question d'une éventuelle restriction de visas pour la population russe.

L'UE se penche sur l'octroi de visas aux Russes, la Belgique ne veut pas d'isolement total
©AP

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

"Plusieurs pays, surtout les pays limitrophes, ont émis la volonté d'interdire tout visa pour les Russes", indique la ministre Hadja Lahbib à son arrivée à la réunion informelle mercredi matin. Dans cette discussion, la Belgique insistera surtout sur l'importance d'une "politique commune" aux 27, afin d'éviter tout risque de "visa-shopping" entre pays, a expliqué la nouvelle ministre des Affaires étrangères. Elle-même n'est pas partisane d'un "isolement total de la population russe". Il vaut mieux "viser les bonnes personnes, soit celles qui soutiennent cette guerre injuste et celles qui tentent d'échapper aux sanctions économiques" adoptées par l'UE en réaction à l'invasion russe de l'Ukraine, ajoute-t-elle.

Les autres citoyens russes devraient quant à eux pouvoir "s'exprimer librement et nous faire entendre en Europe une autre voix que celle du régime de Moscou".

Finlande, Pologne, Tchéquie et pays baltes ont déjà fortement réduit les possibilités de visa pour les Russes, et souhaitent que les autres pays suivent.

Dans les faits, la Belgique n'est déjà plus en mesure, selon Hadja Lahbib, d'octroyer des visas touristiques, tempère-t-elle mercredi. La raison en est que "Moscou a expulsé deux tiers de notre personnel diplomatique sur place", précise-t-elle.

La position belge de ne pas soutenir une interdiction généralisée de visas suit celle de l'Allemagne et de la France. Berlin et Paris sont opposés à une interdiction totale de voyage, craignant entre autres un effet pervers de "rassemblement autour du drapeau" côté russe, selon un "position paper" consulté par l'agence DPA. La ministre allemande Annalena Baerbock l'a répété mercredi, indiquant aussi qu'une telle interdiction aurait un impact sur les dissidents et journalistes souhaitant fuir le régime.

Les Belges sont en revanche ouverts à ce que l'on rende la procédure d'octroi de visas aux Russes plus longue et compliquée.