Les Engagés sur les prix de l'énergie : "Que les ministres wallons se bougent, bordel !"

Le groupe centriste au parlement de Wallonie est visiblement remonté.

François Desquesnes, chef de groupe Les Engagés au parlement wallon
François Desquesnes, chef de groupe Les Engagés au parlement wallon ©BELGA

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Alors qu'un débat sur le prix de l'énergie est prévu mercredi après-midi au parlement wallon lors de sa première plénière après les vacances, le message des Engagés au gouvernement régional est limpide: "mais bougez-vous, bordel!" "Quel attentisme et quel manque coupable d'anticipation face aux crises énergétiques et climatiques sans précédent que nous vivons et qui sont tout sauf inattendues. Que les ministres wallons se bougent, bordel ! 30% de la facture énergétique habituelle sont dans les mains des Régions", s'insurge le chef de groupe des centristes au parlement régional, François Desquesnes, dans un communiqué.

Face à ce constat et parce qu'ils se veulent "constructifs" plutôt que "donneurs de leçons", Les Engagés mettent sur la table plusieurs propositions "relevant directement des compétences wallonnes".

Ils demandent ainsi de réduire la part régionale de la facture d'électricité en activant les réserves des GRD pour diminuer temporairement le coût de la distribution qui est payé par les consommateurs.

Le parti réclame également l'adaptation régulière du mécanisme d'ajustement de soutien au renouvelable. Une partie des Obligations de Service Public est en effet constituée par le soutien au grand renouvelable (éoliennes?). Le mécanisme actuel de soutien est basé sur les prix antérieurs de l'électricité et ne fait l'objet que d'un ajustement annuel. Malgré des prix de vente très élevés, les investisseurs dans le renouvelable continuent donc de bénéficier d'un soutien financier qui est payé par les consommateurs wallons. "Il s'agit d'une forme de surprofit auquel il faut mettre fin d'urgence. Or, le ministre Henry prépare un arrêté qui ne corrigerait la situation qu'en janvier 2023 au plus tôt", pointent Les Engagés.

Pour ces derniers, il convient en outre travailler à la diminution de la consommation énergétique. "Réduire notre consommation énergétique en modérant ou limitant certains usages consommateurs d'énergie est sans doute la voie la plus facile et rapide pour baisser la consommation énergétique et la facture qui en découle. De nombreux citoyens y sont déjà attentifs, il faut les aider à poursuivre leurs efforts. Changer de comportements et d'habitude, ce n'est pas facile. Mais c'est le moment d'aborder cette question, sans tabou", poursuit le parti qui appelle entre autres à faciliter l'isolation des logements et à soutenir les emplois locaux dans la construction; à mettre en place des crédits à taux 0 pour rénover son logement, le capital emprunté étant remboursé lors de la réalisation ultérieure du bien; à prévoir un meilleur accompagnement des citoyens par les autorités publiques via des plateformes locales de rénovation énergétique sur l'ensemble du territoire ou encore à réduire la consommation publique d'énergie.

Enfin, les familles, les PME et les indépendants doivent être aidés, plaident les centristes qui proposent d'élargir le nombre de clients protégés conjoncturels et de mettre en place un soutien régional aux PME et indépendants par le biais des outils financiers régionaux.

"Cette liste de mesures concrètes est loin d'être exhaustive. Les Engagés Wallonie sont prêts à participer à des échanges constructifs avec la majorité pour les développer et les mettre en œuvre. La crise que nous subissons mérite de transcender les clivages politiques pour offrir la réponse la plus efficiente aux citoyens et à celles et ceux qui entreprennent chaque jour pour développer la Wallonie", conclut le parti en réitérant son appel à une "Union nationale de l'énergie et du climat qui réunirait toutes les forces politiques du pays et qui mènerait enfin à une stratégie et à une vision cohérente."