Crise énergétique: un premier pas mais le secteur financier doit faire plus, selon plusieurs ministres

Le ministre fédéral de l'Economie, Pierre-Yves Dermagne (PS), a accueilli favorablement jeudi l'annonce par Febelfin de la mesure prise par les banques pour aider les particuliers en difficulté avec leur prêt hypothécaire. Mais, à ses yeux, elle demeure trop limitée.

Crise énergétique: un premier pas mais le secteur financier doit faire plus, selon plusieurs ministres
©PHOTONEWS

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

La tonalité était la même chez le vice-Premier ministre Ecolo, Georges Gilkinet, tandis qu'au cabinet du ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V), l'on disait attendre des mesures supplémentaires. A l'occasion du comité de concertation de la semaine passée, le gouvernement avait annoncé que des discussions avec les banques étaient menées sous la houlette des ministres Dermagne et Van Peteghem, pour un report du remboursement des prêts hypothécaires et le développement de produits bancaires en vue de soutenir les investissements dans les économies d'énergie.

Febelfin, fédération belge du secteur financier, a annoncé jeudi des mesures pour les prêts hypothécaires.

"Le moratoire tel qu'imaginé avec Febelfin, la fédération bancaire, constitue donc une bonne nouvelle pour de nombreux citoyens. Toutefois, en l'état des discussions, pour le Parti socialiste, il est trop limité", a indiqué M. Dermagne pour qui les discussions devront se poursuivre. "Les banques ont une responsabilité sociétale et j'entends qu'elles prennent leur part de l'effort".

Le vice-Premier socialiste vise la barrière de 10.000 euros que ne peut dépasser le total des actifs mobiliers sur un compte à vue, d'épargne (épargne-pension non comprise) ou d'investissement dont dispose le particulier qui demande le moratoire. Il a rappelé que, durant la crise du covid, les personnes disposant d'une épargne allant jusqu'à 25.000 euros pouvaient bénéficier d'un moratoire. "Les besoins fondamentaux des citoyens auraient-ils changé d'une crise à l'autre alors que la crise actuelle est encore plus grave pour les finances des ménages?", s'est-il interrogé.

Le ministre a demandé en outre une mesure plus forte pour les ménages plus vulnérables, par exemple la possibilité d'un report de remboursement sans intérêts supplémentaires.

"Je demande d'aller plus loin, pour les prêts aux entreprises et pour l'investissement dans les économies d'énergie car c'est aussi ce dont les familles ont besoin. S'il y a un enjeu majeur d'aide directe pour éviter le défaut de paiement des entreprises et des ménages, il y a aussi la nécessité de limiter la consommation d'énergie pour faire baisser la facture", a souligné de son côté M. Gilkinet.

Seul le Premier ministre, Alexander De Croo, est cité dans le communiqué envoyé par Febelfin. La proposition que font les banques est proactive et c'est la concrétisation de l'engagement annoncé avant le comité de concertation de la semaine dernière, soulignait-on à son cabinet. "Tout le monde devra faire des efforts et voir nos banques mouiller le maillot est précieux", a-t-on ajouté.