Vincent Van Peteghem: "La verdurisation des voitures de société porte ses fruits"

La verdurisation du parc de voitures de société mise en oeuvre par le gouvernement a un impact positif sur la vente de véhicules électriques ainsi que sur les finances publiques, selon une étude du Bureau du Plan présentée lundi par le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem, lors d'une visite à l'entreprise Volvo de Gand.

Belga
Vincent Van Peteghem: "La verdurisation des voitures de société porte ses fruits"
©BELGA

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

L'avantage fiscal sur les voitures consommant du carburant fossile doit disparaître en 2026 et sera progressivement réduit d'ici là. Parallèlement, les voitures qui n'émettent pas de CO2 achetées avant le 1er janvier 2027 sont totalement déductibles fiscalement, celles qui seront achetées après le seront à 67,5% en 2031.

Selon le Bureau du plan, la vente de véhicules de société plug-in hybrides et électriques aurait progressé même sans réforme. D'après ces calculs, les mesures prises ont néanmoins accéléré le mouvement, une accélération qui s'accentuera à partir de 2026.

A ce moment, la part de véhicules plug in hybrides devrait diminuer à l'avantage des voitures électriques. La part de véhicules électriques dans la vente de nouvelles voitures de société passera à plus de 50% après la réforme et devrait atteindre 75% en 2030. D'ici 2040, la flotte de véhicules de sociétés devrait être complètement électrique.

Cette mutation devrait également accélérer la diminution des émissions de CO2. Le nombre actuel de voitures de société s'élève à 700.000 en Belgique, qui produisent 2,8 millions de tonnes de CO2 par an, soit un cinquième de la part du parc automobile. La diminution devrait atteindre un pic d'un million de tonnes sur base annuelle dans la première moitié des années 2030.

Après 2026, la réforme devrait entraîner une hausse d'environ 1 milliard d'euros des rentrées fiscales annuelles.

"La verdurisation des voitures de société est très clairement le coup d'accélérateur indispensable en vue d'un parc automobile totalement libéré des carburants fossiles, et cela sans nous attirer des ennuis budgétaires", a expliqué le ministre dans un communiqué.