Le greffier du Parlement wallon est suspendu de ses fonctions pour une période de 6 mois

Une procédure disciplinaire va être enclenchée. Chaque agent pourra s’exprimer.

Une plainte de harcèlement a été déposée lundi à l'encontre de Frédéric Janssens, le greffier du Parlement wallon. Le Bureau a décidé ce jeudi de le suspendre pour une durée de six mois.
Une plainte de harcèlement a été déposée lundi à l'encontre de Frédéric Janssens, le greffier du Parlement wallon. Le Bureau a décidé ce jeudi de le suspendre pour une durée de six mois. ©BELGA

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Le greffier du Parlement wallon, Frédéric Janssens, visé par une plainte pour harcèlement auprès de l’auditorat du travail de Namur, a été suspendu de ses fonctions pour une période de six mois. C’est ce qu’a décidé le bureau du Parlement wallon - composé du président Jean-Claude Marcourt (PS), des vice-présidents Jacqueline Galant (MR) et Manu Disabato (Écolo), ainsi que des secrétaires Sophie Pécriaux (PS) et Sybille de Coster-Bauchau (MR) - qui s’est réuni jeudi matin.

Rappelons que les cinq députés qui siègent au bureau, entité considérée comme étant la supérieure hiérarchique de M. Janssens, ont eux aussi été visés par la plainte d’un agent du Parlement wallon.

Dans les semaines qui viennent, une procédure disciplinaire à l'encontre de Frédéric Janssens va donc être menée. Sa forme précise n'a pas encore été définie, mais il apparaît clairement que le bureau souhaite rencontrer les agents. C'est du moins ce qu'il a précisé dans un courrier interne envoyé au personnel du Parlement wallon. "Le bureau souhaite, au départ de cette décision, pouvoir développer avec l'ensemble du personnel un dialogue permettant à chacun de pouvoir librement et en toute transparence participer à cette amélioration du climat social. Le bureau a décidé que sa première action serait d'organiser une rencontre avec le conseil du personnel de manière à établir un programme de consultation."

Réforme du statut

Il encourage aussi "chaque membre du personnel à s'exprimer et réaffirme à l'ensemble de celui-ci sa confiance pour assurer les tâches qui lui sont confiées".

Rappelons encore que suite à une amende infligée au Parlement wallon par l’ONSS en lien avec les avantages extra légaux des agents, une refonte du statut de l’agent a été commencée.

On ne peut pas exclure que la manière dont le greffier a traité ce dossier ait été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. La proposition de réforme du statut de l’agent déposée par le bureau était, selon nos informations, ouverte à discussion. Le greffier aurait de son côté tenté d’imposer la réforme telle quelle, sans laisser une place à la discussion.

Précisons aussi que, jeudi matin, une cinquantaine d’agents (sur la centaine que compte le Parlement wallon) ont envoyé un courrier à l’ensemble des députés wallons pour leur faire part de leur indignation quant au fait que le bureau n’avait pris, mardi, lors de sa première réunion consacrée à cette affaire, aucune décision concernant le greffier. Mais, manifestement, la décision de suspendre Frédéric Janssens de ses fonctions avait déjà été prise, mercredi soir. La pression sur le bureau du Parlement wallon devenait de plus en plus forte et on évoquait même le remplacement de certains membres du bureau.

La question financière sera analysée

Pendant la période de suspension, le greffier du Parlement wallon conservera son traitement.

Par contre, pour tout ce qui concerne les questions financières, liées notamment à l'explosion des coûts de l'agrandissement du Parlement wallon, le bureau ne s'est pas encore prononcé. Dans un communiqué, il a précisé avoir "reçu un certain nombre de documents qu'il avait sollicités lors de sa réunion du 13 septembre dernier. Ces documents doivent faire l'objet d'un examen approfondi par les membres du bureau et être complétés par d'autres. Le bureau souhaite dans les meilleurs délais finaliser son rapport complet tel que précisé lors de son communiqué du 13 septembre".

Sur le même sujet