"C'est un pur mensonge": tensions à la Chambre au sujet de la crise de l'énergie

Une rentrée parlementaire tendue, ce 22 septembre.

M.R.
"C'est un pur mensonge": tensions à la Chambre au sujet de la crise de l'énergie
©BELGA

La rentrée parlementaire avait lieu ce jeudi. Les députés fédéraux retrouvaient les strapontins de la Chambre dans un contexte particulier, bousculé par la guerre en Ukraine et ses répercussions, comme l'explosion des prix de l'énergie ou de certains aliments.

La crise de l'énergie au centre des débats

De premières tensions ont éclaté au moment d'aborder l'ordre du jour. La présidente de la Chambre, Eliane Tillieux, a dû rappeler à l'ordre un député du PTB, ce qui a déplu à sa collègue Sofie Merckx. La crise de l'énergie a ensuite été au centre des premiers débats de cette rentrée parlementaire. "Cette guerre lancée par Poutine contre l'Ukraine se fait sentir sur le continent entier. Pour de nombreux Belges, les fins de mois sont compliquées", a expliqué Kristof Calvo (Groen). "Heureusement, le gouvernement fédéral a agi. Or, le rendez-vous suivant attend, à savoir l'enveloppe bien-être. Malheureusement, les partenaires sociaux n'arrivent pas à un accord sur le sujet. Maintenant, c'est à vous M. Dermagne de prendre les choses en main. C'est urgent. Il faudra rapidement mettre en oeuvre les décisions."

"Ce gouvernement abandonne les gens", a scandé Raoul Hedebouw (PTB). "(...) Les gens sont furieux d'être laissés pour compte, alors qu'Engie et Electrabel font des bénéfices énormes. Vous devriez intervenir et bloquer les prix. La Vivaldi a décidé qu'il n'y aurait pas de taxes sur les surprofits, c'est très grave." Le président du PTB a ainsi accusé l'exécutif d'avoir passé un accord avec Engie.

Le CD&V a à son tour estimé que la situation devenait grave. "Huit pensionnés sur dix ne parviennent plus à payer leur facture de maison de repos. Il faut passer à l'action. Heureusement, ce gouvernement a pris de nombreuses mesures", a poursuivi Nahima Lanjri (CD&V). "Pourtant toutes ces mesures sont insuffisantes pour de nombreux Belges. Or, les syndicats n'arrivent pas à se mettre d'accord sur l'enveloppe bien-être. Pourtant, ces moyens supplémentaires pourraient faire la différence."

"Certains s'enrichissent pendant que d'autres s'appauvrissent"

Le PS a également rapporté l'inquiétude des Belges vis-à-vis de la hausse des prix de l'énergie. "Je veux que les patrons mettent la main au portefeuille. Dans ce gouvernement, nous socialistes avons envoyé bouler les patrons", a affirmé Sophie Thémont (PS). "Mais ce n'est pas assez, j'espère que les syndicats seront entendus par ceux qui bloquent constamment les discussions C'est injuste que certains s'enrichissent pendant que d'autres s'appauvrissent." La socialiste a également moqué les vendredis de la colère du PTB. "Vous vous prenez pour un syndicat ?", a-t-elle ironisé.

"Je suis également préoccupé", a surenchéri Björn Anseeuw (N-VA). "(...) L'enveloppe bien-être est réservée aujourd'hui aux allocataires sociaux. Nous sommes à la veille d'une récession. Dans un tel contexte, les majorations accordées par le gouvernement en plus de l'enveloppe bien-être, c'est du jamais-vu. Votre gouvernement compte-t-il enfin faire quelque chose pour les travailleurs ?", a-t-il demandé au ministre Dermagne.

Dermagne accuse Hedebouw de "mentir"

Pierre-Yves Dermagne (PS) a répondu à toutes ces interpellations dans la foulée. "Je voudrais rappeler ce que ce gouvernement a fait", a débuté le ministre de l'Economie, énumérant les mesures prises par le gouvernement dernièrement. "Ce gouvernement s'est engagé fermement pour obtenir au niveau européen une limitation des prix de l'énergie. Aujourd'hui, on voit que les lignes sont en train de bouger. J'espère que nous obtiendrons cette limitation dans les prochains jours. Ce gouvernement s'est également engagé à capter les surprofits des compagnies d'électricité. On doit aller plus loin aujourd'hui. Il n'y pas d'accord secret avec Engie, comme vous l'affirmez M. Hedebouw. C'est un pur mensonge." Concernant l'enveloppe bien-être, M. Dermagne a affirmé que les engagements seraient respectés. "Une réunion est prévue mardi prochain avec le groupe des 10", a-t-il ajouté.

Sur le même sujet