Le ministre de la Justice Van Quickenborne placé sous sécurité renforcée: un quatrième suspect en fuite, ce que l'on sait de la menace

De récentes menaces envers le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, sont actuellement prises très au sérieux et une enquête est en cours, a déclaré le parquet fédéral samedi. Trois individus ont été arrêtés vendredi, un quatrième est en fuite. Ils prévoyaient peut-être d'enlever le ministre.

Belga avec rédaction
Le ministre de la Justice Van Quickenborne placé sous sécurité renforcée: un quatrième suspect en fuite, ce que l'on sait de la menace
©Photo News

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Le parquet fédéral a donc décidé de placer l'homme politique sous sécurité renforcée. Le ministre devra notamment renoncer à certains événements auxquels il devait prendre part ces prochains jours.

Dans le cadre de l'enquête, trois personnes ont été privées de liberté la nuit dernière aux Pays-Bas, a ajouté le parquet fédéral, qui a demandé leur transfèrement vers la Belgique. Un quatrième suspect est en fuite, indique HLN.

Le parquet fédéral "a été informé au cours de la semaine dernière d'une possible menace (pesant) sur la personne du ministre de la Justice, M. Vincent Van Quickenborne. Une enquête a été immédiatement ouverte et confiée à un juge d'instruction de l'arrondissement judiciaire de Flandre occidentale", a-t-il détaillé.

"Les premiers éléments de l'enquête ont rapidement indiqué que cette menace devait être prise au sérieux. Le Centre national de crise a immédiatement pris les mesures nécessaires pour placer le ministre sous sécurité renforcée. Aucun détail ne sera donné sur ces mesures. Vu les circonstances, le ministre de la Justice ne prendra pas part à un certain nombre d'activités prévues pour les prochains jours", a communiqué le parquet.

Tentative d'enlèvement ?

Selon les informations des médias flamands, une patrouille de police a repéré jeudi soir deux voitures suspectes, avec une plaque d'immatriculation néerlandaise, dans la rue où habite le ministre de la Justice. Les occupants des véhicules ayant compris qu'ils avaient été repérés ont paniqué. Le conducteur de la première voiture a fui, avant de l'abandonner dans une allée voisine, pour ensuite rejoindre la seconde voiture à bord de laquelle les individus sont partis.

C'est une voisine de Vincent Van Quickenborne qui a remarqué vendredi matin la Renault Clio abandonnée devant le portail de son garage, et qui gênait le passage. Elle a alors appelé la police, qui a trouvé une kalachnikov dans l'habitacle, mais pas d'explosifs. Elle estime que les auteurs avaient peut-être prévu d'enlever le ministre.

La Belgique a demandé l'extradition des trois Néerlandais, âgés de 20,29 et 48 ans, arrêtés vendredi soir aux Pays-Bas. Selon plusieurs sources à Het Nieuwsblad, les auteurs devraient être situés dans l'environnement international de la drogue. Les exécuteurs sont néerlandais, mais la mission elle-même viendrait de l'étranger.