Pascal Goergen va s'opposer à François De Smet: "Défi est mûr pour choisir un président wallon"

"Je me porte candidat à la présidence de Défi", nous annonce Pascal Goergen, président de Défi Wallonie et échevin de la commune de Grez-Doiceau.

Pascal Goergen va s'opposer à François De Smet: "Défi est mûr pour choisir un président wallon"
©PHOTONEWS

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

"Je me porte candidat à la présidence de Défi", nous annonce Pascal Goergen, président de Défi Wallonie et échevin de la commune de Grez-Doiceau. "Notre ADN, c'est l'éthique, la bonne gouvernance et la transparence. C'est vrai que ça sera très difficile pour quelqu'un qui n'est pas député et qui, finalement, est bénévole dans le parti. Mais il faut secouer le cocotier parce que les élections approchent. Je veux voir si après 60 ans d'existence, Défi est mûr pour choisir un président wallon."

Cet ancien diplomate de 59 ans, docteur en sciences politiques et prof à l'Ephec "ne sent pas dans la présidence actuelle la volonté d'avoir une stratégie gagnante. Le parti doit devenir plus enthousiasmant". Cet ancien du MR, parti après des conflits dans sa commune, dresse un constat central. "D éfi manque de notoriété en Wallonie. Le parti reste bruxello-centré. Or, s'il veut grandir, il doit se développer en Wallonie, avoir une communication wallonne."

Avec lui, il l'assure, "la récréation sera terminée." "Il faut arrêter les bisbrouilles en interne. Je veux un bateau où tout le monde rame dans la même direction." Il reconnaît à Olivier Maingain "l'idée excellente d'avoir développé Défi en Wallonie". Il ne partage toutefois pas son inclinaison pour les thèmes communautaires. "Là où je serais différent par rapport à Maingain, c'est en sortant de cet imbroglio juridique. Les gens veulent du concret, et ne plus toujours faire tout tourner autour du communautaire. En Wallonie, il n'est pas concevable de parler du matin au soir de la défense des francophones."