Le gouvernement veut faire du train "l’épine dorsale de la mobilité"

Le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet a adressé une lettre aux syndicats des chemins de fer.

Le gouvernement veut faire du train "l’épine dorsale de la mobilité"
©IPM

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

La situation quant au financement du rail pour les années à venir sera clarifiée d'ici la mi-octobre. C'est ce qu'affirment le Premier ministre Alexander De Croo et le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet dans une lettre adressée aux syndicats des chemins de fer, qui prévoient une grève de 24 heures mercredi. Les représentants des cheminots avaient eux-mêmes déjà envoyé une lettre au gouvernement en milieu de semaine dernière en réponse à leur préavis de grève. Dans ce courrier, ils réitéraient leur demande de moyens et de personnel supplémentaires pour les chemins de fer. La grève qu'ils prévoient d'organiser mercredi sert à mettre la pression sur le conclave budgétaire, qui a commencé vendredi après-midi, avaient-ils expliqué en début de semaine passée.

Alexander De Croo et Georges Gilkinet ont confirmé aux syndicats que l'intention est bien de fixer les "trajectoires budgétaires pluriannuelles" pour les contrats de gestion avec la société ferroviaire SNCB et le gestionnaire du réseau ferroviaire Infrabel lors de ce conclave budgétaire, qui doit s'achever le 15 octobre.

Le gouvernement renvoie par contre au dialogue social entre direction et syndicats en ce qui concerne la demande de personnel supplémentaire. "Les conditions concrètes de travail et l'organisation du travail ne nous semblent pas être une compétence directe du gouvernement", écrivent le Premier ministre et le ministre de la Mobilité.

Les deux membres du gouvernement disent espérer que cette lettre suffira à "vous rassurer quant aux intentions du gouvernement concernant l'avenir des deux entreprises ferroviaires et de leurs collaborateurs".

Il semble toutefois peu probable que cette lettre suffise à éviter la grève pour l'instant. Les syndicats avaient en effet demandé des engagements concrets de la part du gouvernement "et non des promesses".

Si l'action syndicale est maintenue, elle commencera ce mardi 4 octobre dès 22 heures. Un service minimum devrait cependant être mis en place et on devrait savoir ce lundi soir au plus tard quels trains circuleront mercredi.