Bernard Clerfayt claque la porte, le conclave est suspendu : "C'est irresponsable"

Clerfayt a claqué la porte, jugeant le budget titres services insuffisant.

Bernard Clerfayt claque la porte, le conclave est suspendu : "C'est irresponsable"
©Belga

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

Le gouvernement bruxellois réuni en conclave budgétaire a suspendu ses travaux ce vendredi. Alors que les discussions portaient sur les montants alloués aux titres services, Bernard Clerfayt (Défi), ministre de l'Emploi, s'est levé et a quitté la pièce. Ce départ a surpris ses partenaires, qui pensaient aboutir en fin de journée. Aucune date de reprise des discussions n'est pour l'instant fixée. "Je quitte le cabinet du ministre-Président car je ne peux admettre que durant ces négociations budgétaires essentielles pour dégager des réponses à la crise, on cherche à réduire les crédits qui assurent l'emploi des aides ménagères", a-t-il tweeté. "Certains partenaires voudraient que nous fassions des économies de 30 millions d'euros dans les titres services. Or, cela va mettre à mal 1 500 emplois à Bruxelles, des jobs occupés pour beaucoup par des femmes", prolonge sa porte-parole.

Selon nos informations, le budget prévisionnel pour 2023 était pourtant le même que le précédent. L’indexation fera toutefois augmenter les dépenses. Un membre du gouvernement estime cependant que, malgré l’indexation, ce budget aurait tenu la route, considérant que la réforme de Bernard Clerfayt doit permettre de diminuer les dépenses et que la crise mènera à une baisse des demandes. Mais aussi qu’un éventuel trou budgétaire sera comblé, le cas échéant.

Autre point de blocage : Bernard Clerfayt juge insuffisantes les mesures de rationalisation présentées par Sven Gatz et Rudi Vervoort dans le dossier Optiris. Ce projet doit permettre de rationaliser la fonction publique régionale.

"Irresponsable"

Alain Maron (Écolo), ministre bruxellois de l'Environnement, s'insurge contre le comportement de son collègue. "Ce départ est irresponsable car on discute des mesures d'aides et de soutien à la crise énergétique. Or, tout ça est bloqué ! Les gens attendent des résultats. Notre objectif et notre responsabilité, c'est d'aboutir. Les gens nous attendent et ils ont raison. Mais on va aboutir dans ces prochains jours."