Grève générale le 9 novembre: après l'annonce de la FGTB, la CSC se joint au mouvement

La CSC va organiser le 9 novembre prochain une journée de grève générale et d'actions, a annoncé mardi le président du syndicat chrétien, Marc Leemans.

Grève générale le 9 novembre: après l'annonce de la FGTB, la CSC se joint au mouvement
©Photo news

La FGTB avait déjà annoncé il y a quelques semaines l'organisation d'une grève générale interprofessionnelle le même jour. La CGSLB n'est, par contre, pas partisane d'une telle action. La CSC explique avoir mené "une large consultation" et que celle-ci a une nouvelle fois confirmé la situation financière difficile de nombreux travailleurs, des personnes et parents isolés. Ceux-ci "craignent d'affronter un hiver glacial. De nombreuses personnes ne parviennent plus à garder la tête hors de l'eau et sont noyées par la hausse vertigineuse de leurs factures", dénonce le syndicat.

Selon la CSC, sa consultation "démontre que la situation sociale est très préoccupante. Elle a également révélé que tous ces éléments ont des effets très négatifs sur la santé mentale des citoyens: anxiété face aux factures, interrogation quant à la capacité de savoir tout payer, concernant l'avenir, etc."

Ces raisons ont donc poussé le Bureau national de la CSC à décider d'organiser une journée d'actions et de grève générale le 9 novembre afin que "chaque travailleur" puisse "exprimer son anxiété et son mécontentement".

Concrètement, différentes actions sont envisagées: grèves, arrêts de travail, assemblées du personnel, manifestations, etc. De nombreuses personnes sont préoccupées par l'avenir de leur entreprise et ne peuvent pas nécessairement se permettre de perdre un jour de salaire, souligne-t-on.

Afin de "redonner des nouvelles perspectives positives aux travailleurs", la CSC demande notamment que les prix du gaz et de l'électricité soient rapidement plafonnés et que le tarif social de l'énergie soit étendu aux revenus moyens et faibles et qu'il soit accordé automatiquement. Le syndicat chrétien veut aussi une meilleure indemnisation des trajets domicile-lieu de travail et des déplacements professionnels.

La CSC souhaite encore que l'enveloppe complète pour la liaison au bien-être des allocations sociales soit répartie et qu'un accord soit conclu avec les employeurs afin de renforcer le pouvoir d'achat des travailleurs dans les secteurs et les entreprises lorsque c'est possible, au-delà de l'indexation automatique des salaires.

Les revendications du syndicat portent aussi sur une indexation des barèmes fiscaux et sur des avancées dans la réforme fiscale "afin que le salaire poche des travailleurs augmente, que la charge soit reportée sur les épaules les plus larges et que la transition juste soit finançable".

De son côté, la FGTB avait déjà annoncé il y a quelques semaines l'organisation d'une grève générale le 9 novembre. Ce que le syndicat socialiste a répété dans la foulée de l'accord budgétaire fédéral il y a une semaine.

La CGSLB, de son côté, n'appelle pas à une grève générale. Le syndicat libéral participera toutefois aux actions qui seront organisées dans les secteurs et entreprises ce jour-là, précise-t-il mardi, disant attacher une très grande importance à la liberté individuelle. Dans cet esprit, la CGSLB demande que le choix des travailleurs qui ne veulent pas faire grève soit respecté et se dit opposée aux blocages de la circulation.