Menaces envers Vincent Van Quickenborne : les quatre suspects néerlandais placés sous mandat d'arrêt

Les quatre suspects néerlandais impliqués dans le dossier des menaces visant le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD), ont été placés mardi sous mandat d'arrêt, a confirmé le parquet. Ils comparaissaient devant la chambre du conseil de Courtrai.

Justice Minister Vincent Van Quickenborne pictured during a press conference after the federal government reached an agreement on the budget and the government's policy plans next year, in Brussels, on Tuesday 11 October 2022.
BELGA PHOTO ERIC LALMAND

Le 24 septembre dernier, la maison du ministre avait été placée sous surveillance renforcée en raison d'une menace crédible. Si la nature exacte de cette menace n'a pas été précisée, il a été notamment question d'un projet d'enlèvement visant Vincent Van Quickenborne.

Dans une voiture stationnée à proximité de la maison du ministre, les forces de police avaient retrouvé une arme, des bidons d'essence et des sangles.

Le ministre et sa famille avaient, par mesure de précaution, été conduits en lieu sûr.

Menaces envers Vincent Van Quickenborne: les trois derniers suspects néerlandais livrés à la Belgique

Rapidement, quatre suspects de nationalité néerlandaise avaient pu être identifiés et interpellés à La Haye et Leidschendam, aux Pays-Bas.

Trois des quatre intéressés s'étaient opposés à leur extradition vers la Belgique, mais la justice néerlandaise a décidé le 26 octobre dernier de les remettre aux autorités judiciaires belges.

Ils ont été placés sous mandat d'arrêt mardi par un juge d'instruction de la chambre du conseil de Courtrai. L'enquête sur la tentative d'enlèvement du ministre poursuit son cours et est entre les mains du parquet fédéral.