Conner Rousseau s’en prend au PTB et au Vlaams Belang : "Ils font le plus de bruit mais sont les amis de Poutine, ils feraient mieux de se taire"

Le président de Vooruit s’est également montré critique envers les actions des syndicats.

Photos Bernard Demoulin : Conner Rousseau  President du SP A a 26 ans (© Bernard Demoulin)
Conner Rousseau, président de Vooruit ©© Bernard Demoulin

À l’occasion de ses 30 ans qu’il fête ce dimanche, Conner Rousseau, le président de Vooruit a accordé une large interview à nos confrères du journal De Zondag. S’il a détaillé en long et en large la soirée qu’il prépare pour l’occasion ce lundi, le leader des socialistes flamands est également sur la crise des prix de l’énergie et les grèves qui ont secoué la Belgique ces dernières semaines.

Interrogé sur le travail du gouvernement dont il est l’un des architectes en tant que président d’un parti de la majorité, Rousseau ne cache pas que certains points ne sont pas conformes à ses attentes, notamment sur la forme. Mais il tient à défendre les accords auxquels la Vivaldi est parvenue ces derniers mois pour aider les citoyens dans la crise de l’énergie : "Il n’y a aucun pays au monde qui défend mieux le pouvoir d’achat de ses citoyens, pas un seul", souligne-t-il avant de citer en exemple l’indexation automatique des salaires, la réduction de la TVA, les chèques énergie ou l’augmentation des pensions.

Pour lui, si le coût de la vie est si élevé à l’heure actuelle, ce n’est pas la faute du gouvernement De Croo : "Que de nombreuses personnes s’inquiètent pour leurs factures, je le comprends. Mais les syndicats donnent un mauvais signal. Ce n’est pas le gouvernement qui est coupable de l’inflation, mais bien ce fou de Russie : Poutine", a-t-il déclaré à nos confrères flamands avant d’envoyer une pique au PTB et au Vlaams Belang, partis de l’opposition. Pour Rousseau, les partis extrémistes sont ceux qui "font le plus de bruit sur la gestion du pays", mais qui "sont les meilleurs amis de Poutine. Le PTB refuse de condamner la Russie et le Vlaams Belang aurait même voulu aider Poutine avec des livraisons d’armes. Ils feraient donc mieux de se taire."

Le socialiste flamand est dès lors très critique envers les syndicats et les actions de grève menées ces dernières semaines. Cela jouerait, selon lui, dans les cartes de ces partis extrémistes en contribuant "à créer une atmosphère dans laquelle le gouvernement serait responsable de la hausse des factures", ajoutant au passage qu’un tel postulat "n’est tout simplement pas honnête."