Bouchez rassure les partenaires de la Vivaldi quant à une majorité alternative sur la prolongation du nucléaire : "Ce serait la chienlit"

Le président du MR a tenu à rassurer la majorité fédérale auprès du Soir.

Photos Bernard Demoulin : Georges Louis Bouchez au siege du MR a Bruxelles (© Bernard Demoulin)

Le MR n'entend pas constituer une majorité de rechange pour voter un texte prolongeant l'ensemble des réacteurs belges au-delà de 2025, a assuré jeudi le président, Georges-Louis Bouchez, interrogé par "Le Soir".

Le ralliement de la N-VA et de DéFI à une proposition de loi de la députée Marie-Christine Marghem a suscité l'émoi dans la matinée et fait planer sur la Vivaldi l'ombre d'une majorité de rechange qui aurait pu plonger la coalition dans une crise profonde. Les écologistes ont dénoncé la "déloyauté" de leur partenaire MR qui allait à l'encontre des règles de fonctionnement d'une majorité tandis que le président du CD&V, Sammy Mahdi, pourtant favorable lui aussi à une prolongation plus importante du nucléaire, disait douter qu'il s'agisse "de la stratégie la plus sensée" pour arriver à ses fins. L'initiative était d'autant plus mal prise que le gouvernement négocie en ce moment la prolongation des réacteurs de Doel 4 et Tihange 3 avec le groupe Engie.

"Pour moi, il ne peut être question de dégager une majorité alternative. Ce serait la chienlit. Ce n'est pas ma façon de travailler. Je veux que l'on avance sur le dossier nucléaire avec la coalition Vivaldi, je m'y emploie. Vous le savez, les négociations sont en cours avec Engie, et j'aimerais que ça aille plus vite, c'est vrai, mais je souhaite surtout qu'elles évoluent positivement et aboutissent", a déclaré M. Bouchez.

Au MR, le chef de groupe à la Chambre Benoît Piedboeuf disait également soutenir la discussion "mais pas sous cette forme-là".