Eliane Tillieux, présidente de la Chambre : “Aujourd’hui, il y a une certaine théâtralisation de l’hémicycle”

La présidente de la Chambre, Eliane Tillieux (PS), était l’invité de la matinale de LN24 ce mercredi.

Depuis deux ans, Eliane Tillieux préside la Chambre des Représentants. Un rôle de conciliation, pas toujours évident à mener. “Je mets un point d’honneur à exercer cette fonction à la fois avec fermeté – dans une assemblée de 150 élus, il y a des règles à respecter – mais aussi avec humanité et transparence”, précise la Namuroise au micro de Martin Buxant.

Je reste profondément socialiste, mais cette fonction exige aussi un maximum de neutralité pour faire en sorte de prendre des décisions qui sont acceptées tant par la majorité que par l’opposition”, reconnaît Eliane Tillieux, qui doit composer avec certains partis d’extrême-droite ou d’extrême-gauche. “À partir du moment où on a des valeurs, bien sûr que c’est compliqué de parler avec ces partis. Mais chacun a le droit de s’exprimer et doit recevoir un temps de parole”.

Mardi matin, toujours sur le plateau de LN24, le président de DéFi François De Smet estimait que le MR ressemblait de plus en plus au Vlaams Belang. Eliane Tillieux ne va pas si loin. “Mais je pense que dans le contexte actuel, avec l’émergence des réseaux sociaux, les expressions sont parfois assez extrêmes ou veulent parfois plus toucher le citoyen, reconnaît la socialiste. C’est ce qu’on appelle le populisme”.

”Il ne faut pas ridiculiser l’assemblée”

Concernant le rôle du PTB à l’assemblée, Eliane Tillieux nuance : “Tout le monde aura remarqué qu’il y a une certaine théâtralisation de l’hémicycle. Si cela peut permettre au citoyen de s’intéresser à la chose publique, cela vaut la peine […]. Mais il ne faut pas non plus ridiculiser l’assemblée, et là est toute la limite.”

La présidente de la Chambre a également fait le point sur le réchauffement climatique, et assuré que le Parlement prenait ses responsabilités, notamment en réduisant leur consommation de papier et leur consommation d’énergie. “Aujourd’hui, au Parlement il fait 19 degrés, même si ça ne plait pas à tout le monde.

Enfin, Eliane Tillieux a abordé l’épineux dossier du nucléaire : “Le rôle d’une présidente du Parlement, c’est d’accepter l’ensemble des propositions qui sont déposées et faire en sorte qu’elles soient examinées par l’Assemblée, après c’est le jeu de la majorité et de l’opposition de se positionner. C’est clair qu’il y avait un accord sur la sortie du nucléaire, c’est clair qu’entre-temps la guerre en Ukraine et la crise énergétique se sont invitées et ont changé la donne. Donc maintenant, il faut se repencher sur le dossier.