"Le gouvernement Di Rupo a le syndrome de Pinocchio": à l'entame d'une semaine budgétaire, les Engagés pointent les mensonges du gouvernement

Alors qu'une semaine consacrée presque exclusivement au budget a lieu pour la commission du parlement wallon, les Engagés dénoncent des mensonges de la part du gouvernement.

cdH's Francois Desquesnes pictured during a plenary session of the Walloon Parliament in Namur, Wednesday 01 July 2020. BELGA PHOTO BRUNO FAHY
À l'entame d'une semaine budgétaire, les Engagés pointent les mensonges du gouvernement

Il sera quasi exclusivement question de budget, cette semaine, en commission du parlement wallon, deux mois après que le gouvernement régional eut présenté son exercice 2023, marqué notamment par un solde brut à financer de 3,141 milliards d'euros et par la mobilisation de 703 millions de réserves des organismes régionaux (UAP), auxquels s'ajoutent 400 millions d'économies structurelles, dont 250 millions en 2023.

"A l'époque, l'exécutif nous disait qu'on allait voir ce qu'on allait voir en matière de reprise en main de la trajectoire budgétaire et d'aide aux citoyens face à la crise énergétique. Aujourd'hui, les faits nous forcent à constater que le gouvernement Di Rupo s'est surtout empêtré dans ses mensonges, victime du syndrome de Pinocchio", a commenté, à l'entame des discussions en commission, le chef de groupe des Engagés au parlement wallon, François Desquesnes.

Ainsi, en termes de trajectoire budgétaire, "on est loin des 250 millions d'économies annoncées. Si l'on analyse les tableaux, on n'en est en effet qu'à 97 millions", a souligné le député centriste.

Quant aux aides aux ménages basées sur une hypothétique contribution des gestionnaires de réseaux d'énergie (GRD), "tous ont déjà annoncé qu'ils ne baisseraient pas leurs prix et certains ont même annoncé une augmentation pour l'année prochaine. Bref, l'exécutif s'est avancé sans avoir d'accord avec les GRD", a-t-il poursuivi.

Enfin, le soutien aux entreprises pour faire face à la crise énergétique est toujours, lui aussi, aux abonnés absents. "Deux mois après l'annonce du ministre de l'Economie, Willy Borsus, ces aides ne sont toujours pas activées. Elles ne peuvent même pas encore être demandées", a ajouté François Desquesnes.

"Sur ces différentes promesses, le gouvernement a menti. Où est cet argent? Nous allons demander des explications dans les différentes commissions prévues cette semaine au parlement", a conclu le chef de groupe des Engagés.

Le budget 2023 devrait être voté, majorité contre opposition, en commission du Budget ce vendredi matin avant de revenir en plénière juste avant les fêtes de fin d'année.