Paul Magnette s'en prend au greffier du Parlement wallon : "Il a abusé de la confiance donnée"

Le président du PS a par contre épargné Jean-Claude Marcourt, dans l'affaire des voyages effectués par ce dernier ainsi que le greffier Frédéric Janssens.

CHARLEROI, BELGIUM -  Press conference on the presentation of the new edition of the book "Charleroi, Le Projet Métropolitain" with Mayor Paul Magnette  pictured on APRIL 26, 2022 in Charleroi, Belgium, 26/04/2022 ( Photo by Philip Reynaers / Photonews
Invité de "Jeudi en prime" Paul Magnette a chargé le greffier du Parlement wallon( Photo by Philip Reynaers / Photonews ©PRE

Le Parlement wallon est à nouveau sous le feu de la controverse après l'information sur les voyages effectués par le greffier Frédéric Janssens, accompagnés parfois de son président Jean-Claude Marcourt.

Invité dans "Jeudi en prime" sur la RTBF, le président du PS, Paul Magnette, a réagi à l'affaire et a réclamé des règles plus strictes de dépenses des finances publiques à tous niveaux de la vie politique, exonérant au passage le président du Parlement wallon Jean-Claude Marcourt de toute faute personnelle dans l'affaire des dépenses de cette institution. "Les responsabilités sont collectives et c'est évidemment lamentable, il y aurait dû y avoir des procédures de contrôle et de transparence beaucoup plus fortes dès le début. Mais faites le même exercice à d'autres niveaux de pouvoir, et vous allez découvrir à peu près les mêmes chiffres", a affirmé M. Magnette sur le plateau de "Jeudi en prime" (RTBF).

Le socialiste considère qu'il existe un "problème général de dépenses publiques dans la vie politique", auquel il faut répondre par des règles plus strictes. Au-delà des mesures de renforcement du contrôle et de la transparence déjà prises par le Parlement wallon, il faut "aller plus loin dans la mise en place de règles publiques" pour l'ensemble de la vie politique. "Par exemple, pour les voyages, ce serait une enveloppe de maximum autant par an", a-t-il illustré, notamment pour des raisons climatiques. Il a cité aussi les frais de déplacement ou encore certaines dépenses électorales comme la publicité sur les réseaux sociaux.

Interrogé sur une éventuelle responsabilité de M. Marcourt (PS), Paul Magnette a considéré que ce dernier n'avait commis "aucune faute personnelle". "L'ignorance ici n'est pas une faute". En revanche, le greffier mis en cause "a abusé de la confiance donnée" en s'octroyant des avantages "tout à fait inacceptables". "On a fait trop confiance à un homme qui donnait toute l'apparence de la rigueur".