Ce conseiller provincial d'origine turque a été exclu du parti socialiste flamand ce vendredi pour incitation à la haine.

En cause : son soutien trop affirmé au Président turc lors du coup d'Etat et ses critiques à l'égard des partisans de Fethullah Gülen. Sur sa page Facebook, il avait écrit "Allah, protège-nous des traîtres à la patrie. Des gens se révoltent, unissez-vous, ne leur laissez aucune chance".

Il est également soupçonné d'être impliqué dans les émeutes autour d'un centre occupé par le mouvement guleniste à Beringen (au nord-ouest d'Hasselt) . L'élu nie cependant ces accusations.

Le comité de discipline du sp.a a estimé que les sorties d'Ahmet Koç sont contraires aux valeurs et aux statuts du parti. "En tant que représentant politique, il doit donner l'exemple, unir les gens et respecter et diffuser les valeurs démocratiques", s'est expliqué la formation de John Crombez. Cette dernière estime également que l'élu ne respectait plus les obligations liées à son mandat depuis plusieurs années.

Ahmet Koç avait réalisé le 3e score en termes de voix de préférence dans le Limbourg lors des dernières élections. Il a travaillé dans le passé dans le cabinet du ministre Johan Vande Lanotte mais, ces dernières années, il était principalement actif au niveau régional.

D'autres élus d'origine turcs avaient affiché leur soutien à Ahmet Koç et menacé de quitter le parti en cas d'exclusion...