A la vieille de la mise en place de toute une série de nouvelles mesures qui durcissent le ton face à la recrudescence de coronavirus dans notre pays, Alexander De Croo a souhaité s'exprimer. Invité par RTL, le Premier ministre a d'abord insisté sur l'application stricte de ces nouvelles règles (couvre-feu, fermeture de l'Horeca, bulle sociale réduite). "Je pense que les règles sont très claires et que tout le monde les comprend. Il faut être clair, la police va faire respecter les règles. Il n'y aura pas d'exception. Quand on ne respecte pas les règles, il y a des amendes. Mais finalement, je pense que ce qu'on appelle maintenant, c'est le bon sens des gens. Tout le monde comprend qu'on ne leur demande pas de faire cela parce qu'on trouve ça amusant. On sait tous que ce sont des mesures qui sont dures et qui entrent vraiment dans nos vies. Mais nous tous, on connaît tous des gens qui sont vulnérables."

Le Premier ministre a poursuivi, rappelant la situation dans laquelle nous nous trouvons et pourquoi il est urgent d'agir. "C'est vrai que la situation est grave. Elle est pire que le 18 mars, où on avait décidé le confinement, qui était pratiquement complet (...) La situation dans les hôpitaux est grave. Elle va continuer à se dégrader. On doit maintenant tout faire pour qu'on puisse soigner tous les gens qui viennent dans nos hôpitaux. C'est vraiment nécessaire que tous ensemble, on limite au maximum tous les contacts qui sont des contacts non nécessaires (...) On le fait pour sauvegarder la situation dans les hôpitaux, mais aussi pour que nos enfants puissent continuer à aller à l'école."

"Si on respecte bien les règles, il y aura des fêtes de Noël"

Néanmoins, décider de telles restrictions, notamment en ce qui concerne la fermeture des bars et restaurants, n'a pas été une chose facile pour Alexander De Croo. "C'est une décision extrêmement difficile. Je pense que c'est une des plus difficiles que j'ai dû prendre jusque maintenant. Je vais être très clair. On ne prend pas cette décision parce qu'on veut pointer du doigt les cafés et les restaurants, ce n'est clairement pas la seule source d'infection (...) Mais si on veut de nouveau venir à une situation plus normalisée, on doit se limiter. Et les cafés et les restaurants, par leur conception, sont des endroits où il y a des contacts sociaux."

Pour conclure, le Premier ministre a souhaité rester positif et a fait part de sa confiance envers la population belge. "On l'a fait une fois, je sais que c'est difficile de le demander une deuxième fois. Mais on a pu le faire, tous ensemble, en solidarité." Il a même été jusqu'à émettre l'idée de pouvoir fêter Noël en famille. "Si on se comporte bien, si on respecte bien les règles, il y aura des fêtes de Noël. Peut-être organisées de manière différente de ce qu'on le faisait l'année passée, mais c'est peut-être un objectif pour nous aujourd'hui, sauvons Noël, sauvons les fêtes de fin d'année."