Après des négociations interminables, les différents partis de la Vivaldi se sont finalement accordés ce mercredi matin sur le nom du nouveau Premier ministre. Selon nos sources, ce sera Alexander De Croo (Open VLD), ex-vice Premier ministre et ministre des Finances, qui occupera le 16 rue de la Loi.

Le libéral flamand était en concurrence avec Paul Magnette, le président du PS, pour le poste de Premier ministre.

Les présidents de parti doivent maintenant révéler le casting complet du futur gouvernement, en désignant notamment les nouveaux ministres et secrétaires d'Etat. Il nous revient que ces discussions sont tendues. Dans une note transmise par les formateurs, mais à prendre avec des pincettes, la répartition serait la suivante au niveau francophone : 5 postes pour le PS (1 vice-Premier ministre, 1 ministre, 2 secrétaires d'Etat et la présidence de la chambre) 4 postes pour Ecolo (1 vice-Premier, 1 ministre, 1 secrétaire d'Etat et la présidence du Sénat) et 2 postes pour le MR (1 vice-Premier et 1 ministre) compte tenu du poste de commissaire européen qui avait été attribué à Didier Reynders.

© DR

Alexander De Croo, une carrière fulgurante

Alexander De Croo a fait une carrière fulgurante en politique. Après dix ans en entreprise, il a été propulsé, en tant que fils de "l'éminence grise" Herman De Croo, à la tête de l'Open Vld, sans avoir jamais exercé auparavant un mandat politique. 

Le jeune président s'est rapidement fait un nom en tant que nouveau-venu ayant fait tomber le gouvernement Leterme II sur l'imbroglio communautaire BHV en 2010. Alexander De Croo, 44 ans, s'était tenu, durant les trois premières décennies de sa vie, loin de tout mandat politique. 

Avec un ancien ministre comme père, député depuis 1968, Alexander De Croo a préféré, après ses études d'ingénieur commercial à la VUB, entrer dans le monde de l'entreprise. Il a travaillé jusqu'en 2006 pour The Boston Consulting Group, puis il a rejoint Darts-ip, une entreprise spécialisée dans les droits de propriété intellectuelle. Mais bon sang ne saurait mentir: en 2009, Alexander De Croo reprend la présidence de l'Open Vld, assurée par intérim par Guy Verhofstadt depuis les mauvais résultats électoraux de cette année-là. Pendant ce temps, le gouvernement Leterme II sue toujours sur la scission de l'arrondissement de BHV. L'ancien Premier ministre CD&V Jean-Luc Dehaene essaie, à la demande de la majorité, de forger un accord, mais le tout nouveau président de l'Open Vld "retire la prise" le 22 avril 2010 et annonce le retrait de son parti du gouvernement. 

Conséquence: un gouvernement belge en affaires courantes pour la présidence belge de l'Union européenne et des élections qui déboucheront sur la plus longue formation de gouvernement jamais connue en Belgique. Quand le gouvernement Di Rupo émerge après plus d'un an et demi de négociations -accord sur BHV et une nouvelle réforme de l'Etat inclus-, Alexander De Croo envoie Annemie Turtelboom et Vincent Van Quickenborne au gouvernement fédéral. Mais Vincent Van Quickenborne ceint l'année suivante l'écharpe maïorale à Courtrai et quitte le gouvernement. C'est Alexander De Croo qui le remplace comme vice-Premier ministre et ministre des Pensions. Alexander De Croo fait ensuite de bons résultats aux élections de 2014. Il rempile au gouvernement fédéral au sein du gouvernement Michel. Il reste vice-Premier et prend le portefeuille de la Coopération au développement, de l'Agenda numérique, des Télécommunications et de la Poste.

 En décembre 2018, il devient ministre des Finances à la suite du départ de la N-VA du gouvernement Michel, tout en gardant la Coopération. Il occupe ce poste depuis lors. Il devient co-formateur de la coalition Vivaldi mercredi dernier. 

Alexander De Croo est marié et a deux enfants.