Invitée dans la matinale de la Première, la ministre a expliqué comment les nouvelles mesures vont être mises en place: "Avec l'arrivée de ces nouvelles mesures, nous devons pouvoir contrôler les voyageurs avec l'aide des polices locales et fédérales. Elles seront présentes dans les aéroports, les gares internationales et sur les routes, notamment  pendant les vacances de Carnaval,  comme précédemment pour les vacances de Noël. Des contrôles aléatoires seront effectués pour en savoir plus sur les gens qui entrent et sortent du pays" .

Pour traverser la frontière, les voyageurs devront signer une déclaration sur l'honneur. Mais comment la police vérifiera-t-elle la fiabilité ou la pertinence d'un déplacement pour "raison amoureuse" ? "Lors du premier confinement, la police vérifiait déjà pour ces cas de 'Love is not Tourism'. C'est évidemment compliqué de connaitre la valeur de la relation, mais les policiers demandent certaines preuves comme des photos par exemple", explique la ministre. 

La ministre insiste également sur le rôle que vont jouer les policiers dans les prochaines semaines: "Le but ne sera pas d'embêter toutes les personnes qui habitent en zone trans-frontalière, qui font du vélo en traversant de quelques kilomètres la frontière. On doit simplement pouvoir contrôler les voyageurs qui se déplacent pour des raisons touristiques et récréatives."

Une exception sera accordée aux personnes qui doivent revenir en Belgique pendant la période actuelle. Si ces personnes s'étaient déplacées pour des raisons essentielles, n'étant pas au courant des mesures mises en place dès aujourd'hui, elles ne seront pas sanctionnées. C'est aussi le cas pour les vacanciers qui ne peuvent pas être condamnés de manière rétroactive. 

Pour l'infraction de cette mesure, le coût de l'amende reste à 250 euros. 


Le début d'une troisième vague ? 

L'arrivée de mesures sévères et plus contraignantes pour les Belges est-elle synonyme d'une troisième vague ? " Actuellement, les chiffres n'évoluent pas dans la bonne direction. Les contaminations augmentent petit à petit. Pour éviter une véritable vague, il faut respecter les mesures dès à présent. Heureusement, on va pouvoir aussi compter sur la vaccination qui se met en place ", déclare Annelies Verlinden. 

Un arrêté ministériel pour les activités des jeunes ? 

La situation actuelle des jeunes est assez douloureuse. Une activité sportive ou créative est indispensable en ces temps difficiles, plusieurs propositions sont actuellement sur la table : "il faudra décider lors du prochain Comité de concertation ! Il faudra notamment décider des activités à l'extérieur pour les jeunes entre 13 et 18 ans, histoire de donner des perspectives positives à la jeunesse, tout en respectant les mesures pour éviter une augmentation de la propagation du virus". 

Craintes de manifestations anti-mesures

Aux Pays-Bas, de nombreuses manifestations ont éclaté à l'annonce d'un co uvre-feu.  Serait-il possible d'arriver à la même situation sur notre territoire ? La ministre répond: "on a déjà lu sur les réseaux sociaux que certaines manifestations s'organisent, il faut donc être prudent. C'est la raison pour laquelle je vais partager les conditions de la tenue de ces manifestations, avec les bourgmestres du pays."

Plusieurs éléments devront être réunis: maximum 100 personnes, respecter les distances sociales, une manifestation statique pour garantir le calme.