Vendredi passé, lors de son audition devant cette commission, Erika Vlieghe avait provoqué la stupeur des parlementaires en déclarant que dès le mois de mars, la mise en place d'une coordination interfédérale pour les maisons de repos avait été proposée, ce qui aurait été refusé par les Régions. Dans la foulée, la ministre Morreale avait réfuté cette affirmation.

"Une prise en main fédérale de la crise dans les homes était une demande très clair des soignants. Pourquoi a-t-elle été refusée par la Région? Nous voulons toute la clarté sur cette question fondamentale", a pointé ce vendredi le chef de groupe du PTB au parlement wallon, Germain Mugemangango, en réitérant sa demande d'une confrontation entre Erika Vlieghe et Christie Morreale.

Il n'a pas été entendu par la majorité. "Notre but, c'est de faire la lumière sur les faits et de formuler des recommandations pour la mi-décembre afin d'être meilleurs à l'avenir. Si à chaque élément dissonant, on fait revenir la ministre, on va faire deux pas en avant et quatre en arrière", a ainsi estimé le chef de file du PS au parlement régional, André Frédéric.

"Consultons les documents ainsi que ceux évoqués au parlement flamand où la question a également été évoquée. Puis, à l'issue de nos auditons, nous verrons qui faire revenir, la ministre Morreale ayant de toute façon indiqué qu'elle se tenait à la disposition de notre commission", a pour sa part souligné le président de la commission spéciale, Jean-Claude Marcourt (PS). "Mais pour l'instant, instruisons d'abord les choses afin d'évaluer la pertinence d'une éventuelle confrontation future", a-t-il enfin tranché.