Le CD&V veut savoir ce que ses membres pensent de la ligne suivie par le parti dans les discussions en vue de former un nouveau gouvernement fédéral, à savoir l'idée qu'il faut une majorité flamande dans une future coalition. Il a lancé ce week-end une enquête en ligne, a confirmé dimanche le président, Joachim Coens, confirmant une information parue dans "Het Laatste Nieuws". L'enquête est plus large. Il est demandé aux militants quelles sont les priorités qu'il faudrait mettre en avant: l'économie à taille humaine, le pouvoir d'achat et une fiscalité juste, la sécurité et l'immigration, des soins de santé payables et accessibles, l'ambition climatique à taille humaine, des institutions qui fonctionnent et un cadre éthique pour les plus fragiles.

Les militants peuvent également donner leur avis, non seulement sur la nécessité d'une majorité flamande mais également ce qu'il faut faire si cette majorité -qui implique la présence de la N-VA- n'est pas possible: participer à un gouvernement avec les socialistes, les libéraux et les écologistes, continuer à demander cette majorité flamande et, si ce n'est pas possible, préférer l'opposition ou de nouvelles élections.

Le moment choisi pour lancer cette enquête n'est pas anodin puisque lundi, les deux chargés de mission royale, Patrick Dewael et Sabine Laruelle, feront rapport au roi.

"Notre intention est de savoir ce que pensent nos membres", a souligné M. Coens.

L'influence des résultats dépendra de la représentativité du sondage.

"Il y naturellement une différence si quelques centaines ou quelque milliers de membres répondent à l'enquête", a-t-il ajouté.

Aucune échéance n'a été fixée mais les résultats provisoires seront certainement discutés lundi matin, au cours du Bureau politique du parti.