Pas brillant. Dans le dernier baromètre de La Libre/Dedicated/RTBF, il a été demandé aux sondés d'évaluer de manière globale l'action de la N-VA en donnant une cote allant d'un à dix sur dix. Résultat : un piètre 4,4/10 sur l'ensemble de la Belgique. Les Wallons (3,5/10) et les Bruxellois (3,9/10) envoient fissa les nationalistes au repêchage. Seuls les Flamands leur donnent - tout juste - la moyenne (5,1/10).

Cela dit, est-ce que les autres formations politiques auraient fait mieux ? Rien n'est moins sûr. Ce qui est plus inquiétant, en revanche, pour le parti de Bart De Wever, c'est qu'il déçoit un Flamand sur trois.

Les sondés ont dû dire s'ils trouvent qu'en un an, c'est-à-dire grosso modo depuis la mise en place du gouvernement fédéral, leur opinion de la N-VA a favorablement ou défavorablement évalué. Et le résultat assez médiocre. Sur l'ensemble du pays, 31 % des répondants disent que leur opinion a négativement évolué, pour 20 % positivement. Le plus significatif, c'est que c'est en Flandre que l'évolution négative est la plus forte (35 %), davantage donc qu'en Wallonie (28 %) et à Bruxelles (24 %). Sans doute, faut-il y voir les prémisses de l'usure du pouvoir. Précisons aussi que le sondage a été réalisé entre le 9 et le 14 septembre, en pleine crise de l'asile et après des propos polémiques de Bart De Wever et Theo Francken, secrétaire d'Etat N-VA à l'Asile et le Migration. Mais avant les dernières déclarations incendiaires, ces deux derniers jours, du président de la N-VA.