L'âge de la pension doit être rabaissé à 65 ans. Cette proposition, les personnes sondées lors de notre Baromètre l'approuvent à une très large majorité. En Wallonie, elles sont 81 %. En Flandre, 75 %. À Bruxelles, c'est un peu moins, mais cela représente tout de même sept personnes sur dix (71%).

Les Belges semblent donc favorables à ce que l'on revienne sur la décision prise par la "suédoise" au début de la législature. À la surprise générale, l'accord de gouvernement Michel d'octobre 2014 annonçait que l'âge légal de la pension serait porté à 66 ans en 2025 et à 67 ans en 2030, dans le but d'assainir le système de pension à moyen et long terme.

Pas dans les programmes

En attendant, l'âge légal est toujours de 65 ans, mais cette mesure a été fortement contestée, tant par l'opposition parlementaire que par les syndicats. Il faut dire que le relèvement de l'âge légal de la pension ne figurait pas dans les programmes électoraux des partis de la coalition suédoise.

Cette idée ne venait cependant pas de nulle part. Le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR) et ses partenaires de gouvernement ont puisé leur inspiration dans un rapport de la Commission de réforme des pensions. Les experts qui la composent avaient en effet proposé cette mesure parmi beaucoup d'autres, dont la mise en place d'une pension à points. Cette dernière n'a pas été concrétisée, au contraire de la pension à 67 ans. Le gouvernement Michel a aussi pu invoquer les mesures prises dans d'autres pays, notamment en Europe, où l'âge de la retraite a été ou va être relevé à 67 ans.

Qu'en disent les partis ?

Mais les Belges n'approuvent donc pas cette décision. Au sein des partis politiques, le PS et le PTB partagent ce point de vue et veulent revenir à une pension à 65 ans. Écolo, de son côté, prône soit le retour de la pension à 65 ans pour tous, soit un système permettant d'évaluer chaque carrière en fonction de sa pénibilité. Le CDH veut, lui, que l'on se base "sur une durée légale de carrière plutôt qu’un âge légal de pension".

© IPM

Fiche technique du baromètre

Ce sondage a été effectué par téléphone fixe ou mobile, du lundi 25 mars au lundi 15 avril 2019, sur un échantillon représentatif de 2 769 électeurs belges à la demande de La Libre Belgique, la RTBF, la VRT et De Standaard.

Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 3 Régions de Belgique sur un échantillon aléatoire de n = 1 006 électeurs résidant en Flandre, n = 1 004 électeurs francophones résidant en Wallonie et de n = 759 électeurs résidant à Bruxelles.

La marge d’erreur maximale est de ± 3,1 % sur les échantillons de Flandre et de Wallonie et de ± 3,6 % sur celui de Bruxelles.

© D.R.