“La Libre” sort son baromètre politique à un mois des élections générales du 26 mai. La N-VA domine en Flandre. Écolo et le PS sont coude-à-coude côté francophone, où la droite est en train de s’effondrer. Les jeux sont très ouverts pour la formation des futurs gouvernements. Voici les résultats du baromètre pour la Flandre.

Bart De Wever, futur “numero uno” flamand

Le président de la N-VA veut se donner un destin politique flamand et cela semble plaire. Il envisage de succéder à Geert Bourgeois à la présidence du gouvernement flamand. À défaut d’obtenir le confédéralisme, Bart De Wever pourra défendre pied à pied les intérêts de la Flandre dans une fonction politique de premier plan.

Jan Jambon, candidat Premier ministre

L’ancien vice-Premier ministre N-VA de la “suédoise” veut devenir Premier ministre et la clarté de ses ambitions politiques booste sa popularité. Il est plus populaire que Charles Michel, l’actuel occupant du “16”. Après avoir plaqué l’ancienne majorité fédérale, la N-VA pourrait revenir par la grande porte à ce niveau de pouvoir.

Les “gauchistes”, ces cancres flamands

La liste des personnalités préférées des Flamands reflète le poids des partis politiques : les nationalistes dominent (De Wever, Francken, Jambon…), les libéraux et les démocrates-chrétiens se partagent le reste du classement. Toutefois, les partis de gauche (SP.A et Écolo) disparaissent quasiment des radars dans le baromètre des Bekende Vlamingen de la politique. Il faut attendre la seizième place avant de voir apparaître un leader de gauche : John Crombez, président des socialistes. Certaines mauvaises langues diront que, vu ses positions très dures sur la migration, le fait que le patron du SP.A soit encore de gauche reste à prouver…

Les présidents de parti ne sont pas des stars

Anomalie, en Flandre, il ne suffit pas d’être président d’une formation politique pour cartonner dans les sondages, manifestement. À part Bart De Wever – l’exception qui confirme la règle –, Gwendolyn Rutten (Open VLD), Wouter Beke (CD&V), John Crombez (SP.A) et Meyrem Almaci (Groen) restent discrets dans notre top 20. Pourtant, à ce type de fonctions, il est possible de faire le “buzz” en permanence en rappelant sans concession la ligne politique pure et dure de la formation que l’on dirige.


Fiche technique du baromètre

Ce sondage a été effectué par téléphone fixe ou mobile, du lundi 25 mars au lundi 15 avril 2019, sur un échantillon représentatif de 2 769 électeurs belges à la demande de La Libre Belgique, la RTBF, la VRT et De Standaard.
Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 3 Régions de Belgique sur un échantillon aléatoire de n = 1 006 électeurs résidant en Flandre, n = 1 004 électeurs francophones résidant en Wallonie et de n = 759 électeurs résidant à Bruxelles.
La marge d’erreur maximale est de ± 3,1 % sur les échantillons de Flandre et de Wallonie et de ± 3,6 % sur celui de Bruxelles.

© D.R.