“La Libre” sort son baromètre politique à un mois des élections générales du 26 mai. La N-VA domine en Flandre. Écolo et le PS sont coude-à-coude côté francophone, où la droite est en train de s’effondrer. Les jeux sont très ouverts pour la formation des futurs gouvernements. Voici les résultats du baromètre pour la Wallonie.

Duo de socialistes

Paul Magnette (PS) conserve la première place du baromètre des personnalités, en perdant tout de même quelques plumes. Il est suivi par un autre socialiste, en la personne de son président de parti, Elio Di Rupo, qui prend la place de Rudy Demotte, socialiste également. En décembre, le PS trustait les trois premières places. En avril, il doit se contenter des deux premières.

Maingain monte pendant que Demotte perd du terrain

La popularité du président de Défi, Olivier Maingain, est inversement proportionnelle aux intentions de vote de son parti au sud du pays. Défi ne décolle pas dans les sondages alors que son président, qui était neuvième dans notre précédent Baromètre, est désormais quatrième. Par contre, effet inverse pour le ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte (PS) qui passe de la 2e à la 8e place.

6e place pour Maxime Prévot

En remplaçant Benoît Lutgen presque au pied levé en début d’année, Maxime Prévot revient parmi les personnalités reprises dans le baromètre de La Libre et de ses partenaires. Et c’est une réussite pour le Namurois, qui arrive directement à la sixième place en Wallonie, juste devant son prédécesseur.

Borsus derrière Di Antonio

Carlo Di Antonio

Le ministre CDH est le premier membre du gouvernement wallon à apparaître dans ce classement, où il occupe la dixième place.

Willy Borsus

Être ministre-Président ne permet pas à Willy Borsus (MR) de truster la première place des membres du gouvernement. Il arrive à la 17 e place, alors qu’il était 14 e en décembre.

Jean-Luc Crucke

Le troisième ministre wallon (MR) à être dans le top 20 gagne une place par rapport à décembre.


Fiche technique du baromètre

Ce sondage a été effectué par téléphone fixe ou mobile, du lundi 25 mars au lundi 15 avril 2019, sur un échantillon représentatif de 2 769 électeurs belges à la demande de La Libre Belgique, la RTBF, la VRT et De Standaard.
Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 3 Régions de Belgique sur un échantillon aléatoire de n = 1 006 électeurs résidant en Flandre, n = 1 004 électeurs francophones résidant en Wallonie et de n = 759 électeurs résidant à Bruxelles.
La marge d’erreur maximale est de ± 3,1 % sur les échantillons de Flandre et de Wallonie et de ± 3,6 % sur celui de Bruxelles.

© D.R.