La confiance entre les directions de l'Open Vld et de la N-VA est rompue depuis la tenue samedi d'une réunion entre les partis d'une éventuelle coalition arc-en-ciel, a commenté lundi le président des nationalistes flamands, Bart De Wever. "Nous n'avons plus eu de nouvelles de la direction des libéraux flamands depuis deux semaines", a expliqué l'homme fort de la N-VA, avant d'ajouter ne pas comprendre que l'Open Vld ne suive pas la logique du gouvernement flamand dans le cadre de la formation d'un exécutif au fédéral.

S'il n'a pas été contacté par la présidente Gwendolyn Rutten, M. De Wever admet qu'il n'a lui-même pas essayé de la joindre. "Mais ceux qui devaient recevoir des messages les ont reçus", a-t-il précisé en prélude d'un bureau de son parti. "Notre position est connue."

D'après la presse, le poste de Premier ministre dans une éventuelle coalition arc-en-ciel aurait été promis à Mme Rutten. Depuis que cette information circule, Bart de Wever affirme ne plus avoir eu de contacts avec elle. "Quand je jette un oeil au calendrier, je constate qu'il y a quelques éléments qui coïncident au cours de ces deux dernières semaines", lâche-t-il.

Dimanche, M. De Wever a martelé que sa formation était "prête à prendre l'initiative pour donner forme à la politique dont la Belgique a besoin". Lundi, il a précisé que son parti était toujours disposé à négocier et répété qu'il voulait bien "faire une tentative" pour former un gouvernement.

A son arrivée au bureau de parti de la N-VA, le ministre-président flamand Jan Jambon a pour sa part estimé qu'il n'y avait pas de "problème majeur" au sein du gouvernement régional. "Le gouvernement flamand est le flamand, le fédéral est le fédéral".

Gwendolyn Rutten (Open Vld), Jan Jambon (N-VA), Bart De Wever (N-VA) et Wouter Beke (CD&V) lors de l'annonce de l'accord de gouvernement flamand
Gwendolyn Rutten (Open Vld), Jan Jambon (N-VA), Bart De Wever (N-VA) et Wouter Beke (CD&V) lors de l'annonce de l'accord de gouvernement flamand © BELGA