Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a rappelé mercredi que dans le dossier du nucléaire, un rapport était attendu en novembre 2021 sur la sécurité d'approvisionnement en électricité du pays et le prix de celle-ci.

"Une clause de rendez-vous est prévue dans l'accord du #begov en novembre 2021 sur la faisabilité de la sortie du nucléaire. Il faudra que la sécurité d'approvisionnement soit garantie ainsi qu'un prix raisonnable pour les particuliers et les consommateurs", a-t-il écrit sur Twitter.


Engie-Electrabel a fait savoir mardi à son personnel que le groupe arrêtait ses investissements dans une prolongation de la capacité nucléaire. Il prend acte de l'accord de gouvernement, qui confirme le calendrier de sortie du nucléaire en 2025, et des diverses déclarations qui vont dans ce sens. La ministre de l'Energie, Tinne Van der Straeten, s'est réjouie de l'attitude prise par l'opérateur énergétique qui, selon elle, s'engage de la sorte dans la voie de transition énergétique tracée par l'accord de gouvernement.

L'accord du gouvernement De Croo est toutefois nuancé. Il précise qu'un rapport sur la sécurité d'approvisionnement et le prix de l'électricité est attendu dans un an. Dans cet intervalle, le gouvernement doit mettre en oeuvre le "mécanisme de rémunération de capacité" qui doit permettre à la Belgique de suppléer à la fermeture des centrales nucléaires, par exemple en recourant à des centrales au gaz.

"Si ce monitoring montre qu'il y a un problème inattendu de sécurité d'approvisionnement, le gouvernement prendra des mesures adéquates comme l'ajustement du calendrier légal pour une capacité pouvant aller jusqu'à 2 GW" (soit deux réacteurs, en principe Doel 4 et Tihange 3, ndlr), dit l'accord Vivaldi.