Ce sont près de 14 millions d'euros qui sont débloqués pour mettre en oeuvre 30 mesures en deux phases successives. Un plan "été" vise à attirer les clients bruxellois et touristes belges chez les commerçants, et des mesures structurelles suivront à compter de la rentrée de septembre. "Il y a une urgence économique à travailler sur l'été bruxellois, l'absence actuelle de touristes doit être compensée par la demande intérieure en faisant revenir les Bruxellois et les Belges dans la capitale, dans nos quartiers commerçants", explique Fabian Maingain. "Il y a aussi un plan post-été car on sait que la crise ne va pas s'arrêter au 1er septembre et qu'il faudra continuer à soutenir le redémarrage de notre économie".

Le plan été comporte des campagnes de promotion des commerces, des formations pour favoriser le développement de la vente en ligne, des embellissements et des animations dans les quartiers commerçants et la mise en oeuvre d'une signalétique multimodale pour améliorer l'accessibilité des commerces. Des drapeaux belges décoreront notamment les rues commerçantes autour du 21 juillet.

A ces mesures d'attractivité s'ajoutent des mesures de soutien économique.

"On a exonéré de 3 mois de loyer les locataires commerciaux de la Régie foncière et du CPAS, et permis un étalement pour le mois de juillet", rappelle le bourgmestre. "C'est plus de 2,5 millions d'euros qui n'ont pas été réclamés aux commerçants, depuis le début du confinement. A côté de ça, on a exonéré les petits commerces d'une partie de la taxe Terrasse et de la taxe Enseigne".

Les mesures post-été comprennent des fonds alloués aux associations de commerçants pour des projets d'activation commerciale, la mise en oeuvre de parcours artistiques et de pop-up stores dans les magasins vides, un plan pour la reprise culturelle, le déploiement de livraisons par vélo-cargo pour la vente au détail ainsi que des bons d'achats contenant des réductions supportées par la Ville, un accompagnement pour les faillites et des aides aux micro-entrepreneurs.