Politique belge Le PS de Bruxelles-ville a défendu lundi, par la voix d'Yvan Mayeur, sa décision de débarquer le cdH de la majorité à la ville de Bruxelles, pointant notamment le bilan, selon lui médiocre, des centristes en terme d'emploi dans la capitale.

Durant la campagne électorale, son co-listier, le bourgmestre Freddy Thielemans, avait qualifié ce bilan de "calamiteux" avant de modérer quelque peu son propos. Interrogé lundi après-midi avant le début du bureau du parti socialiste, le député fédéral et président du CPAS de Bruxelles-ville a défendu le choix du MR pour la prochaine législature, notamment pour relancer l'emploi, particulièrement problématique dans la capitale.

Selon M. Mayeur, le bilan de Joëlle Milquet n'est en effet pas bon en la matière, alors que son parti avait toutes les latitudes pour agir, avec Mme Miquet jusqu'il y a peu ministre fédéral de l'Emploi, Benoît Cerexhe à la Région, et l'échevin (Hamza Fassi-Fihri) à la ville.

"Elle contrôlait toute la filière, du fédéral jusqu'au communal, et elle ne l'a pas exploitée", a déploré M. Mayeur.

Une autre personnalité importante du PS de la Ville de Bruxelles expliquait, elle, cette mise à l'écart de Joëlle Milquet par sa récente interview à Maghreb TV.

Elle s'y prononçait notamment pour des "accommodements raisonnables", entre autres pour l'organisation d'horaires de fréquentation séparés pour les hommes et les femmes dans les piscines (des propos qu'elle a formellement démentis, voir ci-dessous ). "Cette interview à Maghreb TV a été décisive" dans l'abandon du cdH, a confié cette source.

Evoquant le projet controversé de Mme Milquet sur la lutte contre les incivilités, Yvan Mayeur a fait aussi le lien, lundi, entre la situation à Bruxelles-ville et à Schaerbeek, où le PS, emmené par Laurette Onkelinx, est arrivé deuxième tout en étant tenu à l'écart du pouvoir par une une majorité FDF, Ecolo et cdH.

Interrogée sur ce dernier point, Laurette Onkelinx assurait toutefois que les deux situations étaient indépendantes l'une de l'autre, "le cdH n'étant pas la clé" de la majorité dans la cité des ânes, a expliqué Mme Onkelinx. Selon elle, c'est moins Mme Milquet que les autres échevins cdH à Bruxelles-ville qui ont posé problème au PS local.

Malgré son deuxième échec électoral à Schaerbeek après celui de 2006, la ministre fédérale de la Santé et des Affaires sociales a dit lundi qu'elle continuerait à travailler avec toute son équipe pour accéder au pouvoir dans la commune.

"Avant, le PS était un parti nain à Schaerbeek. Il est devenu aujourd'hui le 2e plus grand parti", s'est-elle félicitée.

Le cdH réplique

Le cdH de la ville de Bruxelles a rejeté lundi soir les "fausses explications" avancées par Yvan Mayeur. Selon le cdH, c'est en réalite la concurrence possible de Joëlle Milquet lors de la succession prochaine du bourgmestre Freddy Thielemans qui a poussé M. Mayeur à évincer cette dernière.

"Le vrai chef du PS local, Yvan Mayeur, est candidat pour remplacer le bourgmestre au sein du PS le plus rapidement possible durant cette législature", analysent les centristes dans un communiqué.

"Et il ne tient pas à avoir une personnalité qui fait le double de ses voix de préférence dans la majorité au moment de la passation", soulignent-ils. A rebours des critiques du président du CPAS de Bruxelles, les centristes défendent leur bilan en matière d'emploi dans la capitale, citant notamment la mise à l'emploi de 11.000 jeunes à Bruxelles dans le cadre de contrats win-win ainsi que la création de plusieurs milliers d'emplois dans les titres-services notamment.

"Yvan Mayeur, qui par ailleurs était administrateur de la Maison de l'Emploi et de la Formation, n'a jamais assisté au moindre Conseil d'administration en 6 ans, ni mis les pieds, ni formulé une seule proposition. Les PV des réunions en attestent", affirment les humanistes.

Quant à la récente interview de Mme Milquet à Maghreb TV, le cdH assure que la ministre n'y a jamais préconisé des horaires officiels de piscine séparés pour les hommes et les femmes. "Elle parlait juste des clubs et associations d'insertion de femmes qui font du sport après les heures officielles de piscine", insiste le parti centriste.