La nouvelle politique du gouvernement bruxellois est reportée au contrôle budgétaire du printemps. Cela signifie que le gouvernement ne commencera à travailler qu'avec un an de retard, a affirmé vendredi la cheffe de file de la N-VA au parlement bruxellois, Cieltje Van Achter. 

De son côté, la ministre bruxelloise de la Mobilité et des Travaux publics, Elke Van Den Brandt (Groen), s'est dite satisfaite des efforts consentis en faveur de la Mobilité et de l'infrastructure cyclable.

"Ce budget permet de concrétiser nos ambitions pour cette ville: Bruxelles deviendra plus propre, plus sécurisée et plus belle. Les principes centraux de l'accord du gouvernement en matière de mobilité, d'espace public et de sécurité routière sont bétonnés via le budget", a-t-elle commenté, dans une première réaction.

Le gouvernement bruxellois est tombé d'accord vendredi sur un projet de budget en équilibre à hauteur de quelque 5,3 milliards d'euros pour l'année 2020. Le ministre bruxellois des Finances, Sven Gatz Open Vld), a souligné qu'il y aura de la marge pour de nouvelles initiatives: trente millions d'euros pour la mise en place du nouveau dispositif d'allocations familiales, le même montant pour les commissions Communautaires; 57 millions d'euros pour le projet de centralisation de l'administration régionale dans la Silver Tower. Les assainissements et gains d'efficacité auxquels l'ensemble des ministres se sont engagés dans leurs départements respectifs pèsent, ensemble, quelque 180 millions d'euros.

Toutefois, selon le cabinet de M. Gatz, l'ensemble des arbitrages à propos des politiques de la déclaration gouvernementale à (commencer à) mettre en oeuvre l'an prochain n'a pas encore été opéré. "D'autres choix (ndlr: budgétaires) seront effectués lors du contrôle budgétaire de printemps.