Invité sur Bel RTL ce lundi matin, le ministre-président de la fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet est revenu sur la levée progressive des restrictions sanitaires dans notre pays, à commencer par la réouverture des terrasses. " Samedi, cela s'est très bien passé avec l'Horeca, on doit pouvoir aller plus loin, par rapport à des activités aussi bien extérieures qu'intérieures, avec un maintien de certains gestes barrières, des protocoles spécifiques dans plusieurs secteurs ", a avancé le ministre-président, se réjouissant de voir évoluer les choses. " C'est le temps des assouplissements. Nos concitoyens ont fait beaucoup d'efforts, depuis plus d'un an. Les paramètres d'aujourd'hui et la vaccination le permettent. C'est un retour à nos libertés ".

Selon lui, le Comité de concertation de demain sera très important. " Il faudra tout mettre sur la table. On ne va pas, par exemple, continuer à maintenir une bulle de deux personnes. On ne peut pas annoncer aux citoyens que le 15 août, on va avoir des événements avec 15.000 personnes mais dire à des grands-parents qu'ils ne pourront pas revoir leurs enfants ou petits-enfants ", a expliqué Pierre-Yves Jeholet. " Ça va être un très gros comité de concertation ". 

Ne pas aller trop vite en besogne pour les festivals

Le ministre-président est optimiste pour une réouverture totale de l'Horeca en juin, mais veut surtout donner des perspectives à tous les secteurs: culturel, sportif, jeunesse, événementiel, etc. Revenant sur les annonces faites ce week-end par Alexander de Croo et Frank Vandenbroucke concernant les grands festivals qui pourraient être organisés en été, il s'est tout de fois montré un peu réticent: " Pour les festivals, il ne faut pas aller trop vite en besogne. J'ai l'impression qu'on a parlé que de ça ce week-end, mais il y a le reste de la culture, le sport, la jeunesse, la bulle sociale à discuter ", a-t-il rappelé. L'objectif du ministre-président demain sera de " donner de la perspective à l'ensemble du monde culturel, pas seulement aux festivals ". 

Il s'inquiète surtout d'une différence de traitement entre les gros événements comme Tomorrowland ou le Pukkelpop et les plus petits. " La Flandre s'intéresse beaucoup aux grands événements, aux grands festivals. Je pense que ceux qui se déroulent en Wallonie sont un peu inquiets, car beaucoup ont lieu au mois de juillet. Il faut être clair sur ce qui sera possible ou pas, pour tous les événements. Quand on parle d'avoir un public de 5.000 personnes en juillet puis plusieurs dizaines de milliers en août, je m'interroge ", a confié Pierre-Yves Jeholet, qui ne souhaite pas que ce sujet soit " communautarisé ". 

" Ce que les festivals attendent, je pense, c'est que le Codeco décide de ce qui est possible, des jauges, etc, et ensuite les organisateurs décideront de l'organiser, ou pas, ou de postposer" , a-t-il conclu, rappelant qu'il plaiderait mardi pour " rouvrir toute la culture pour l'été, et pas seulement les festivals, dont le plus grand à lieu en Flandre ".