La cheffe de groupe du cdH à la Chambre Catherine Fonck a exprimé mercredi matin en radio, sur Bel RTL, son inquiétude quant à une attitude qu'elle juge "passive" de la part de la Belgique sur la question des vaccins.

La ministre de la Santé publique Maggie De Block a en effet récemment assuré que notre pays restera dans le cadre du processus que propose la Commission européenne, avec des négociations communes au niveau européen avec les firmes pharma et des possibilités de contrats d'achat anticipé des Etats. Entre-temps cependant, l'Allemagne, la France, les Pays-Bas et l'Italie ont annoncé s'être entendus avec le groupe pharmaceutique AstraZeneca pour garantir la fourniture à l'UE de 300 millions de doses si un vaccin validé y est développé.

"Là où je suis d'accord avec la ministre De Block, c'est qu'il est mieux d'avoir une approche européenne. L'Europe qui aujourd'hui a soi-disant un accord pour travailler ensemble... Puis on voit quatre pays, et pas des moindres, qui font cavalier seul pour passer commande. On peut le déplorer mais pas rester passif par rapport à ça", lance Catherine Fonck, qui "invite la ministre De Block à sortir de sa passivité".

"Je l'ai dit hier en commission santé, il faut voir au niveau européen si oui ou non on est toujours dans un même bateau, avec des garanties que tous les Etats avancent ensemble. Si ce n'est pas le cas, la Belgique doit décider rapidement."

La cheffe de groupe des humanistes se fait aussi sévère dans sa critique sur la saga des masques en tissu de la Défense, qui ont fait la Une avec le profil inhabituel de la société Avrox chargée d'en fournir des millions, puis la spécification du lavage à 30°, le traitement des produits aux ions d'argent, etc. "Cela arrive qu'un gouvernement se fasse rouler dans la farine par une entreprise. Mais dans ce cas l'attitude du gouvernement n'est pas de se transformer en avocat de l'entreprise. On parle quand même de dizaines de millions d'euros, la situation mérite une attitude efficace", tance Catherine Fonck dans une pique non-dissimulée vers le ministre de la Défense Philippe Goffin.